Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 

Le psaume 31

Ce psaume est toujours cité contre le "mauvais oeil". Qu'est-ce que cela veut dire ? Il s'agit des situations où les ennemis mobilisent toutes les forces possibles contre quelqu'un, non seulement les forces militaires mais aussi les forces bien plus mortelles de la médisance, de la jalousie, du souhait de malheur, etc.
Voyez aussi notre commentaire des psaumes 58 et 59.
Ce psaume ne décrit pas une situation précise du Roi David afin que chacun puisse l'utiliser pour ses propres besoins.

Voici maintenant la structure du psaume 31. 
Il est composé de deux parties A et B (versets 2-9 et versets 10-23) qui sont bâties de la même manière :
- d'abord la plainte qui décrit les malheurs (A1: verset 2-7, et B1: versets 10-19).
- puis le souvenir des bontés, la louange (A2: versets 8-9, et B2: versets 20-23).
Enfin, après ces deux parties semblables, le psaume se conclut sur un appel à tous d'aimer Hachém, d'avoir confiance et de se renforcer ainsi (versets 24-25).

Voici maintenant la traduction du texte hébraïque du psaume.  Nous pourrons ainsi dépouiller précisément cette structure, afin de pouvoir prier selon ce rythme qui nous enseigne comment prier dans les circonstances les plus tragiques.

Premier verset qui résume tout
"Au vainqueur (ou "au chef des chantres"), psaume de David".

Première partie (A)
D'abord la plainte qui décrit les malheurs (A1: verset 2-7).

Verset 2
"En Toi, Hachém, je me suis abrité. Je ne serai déçu jamais. Dans Ta justice, retire-moi du danger".
Ce verset situe les deux termes : celui qui prie est quelqu'un de menacé au point qu'il doit vivre protégé et n'a plus d'autre défense et protection que D.ieu Lui-même, et il supplie que D.ieu le sauve et il dit sa confiance contrairement à toutes les déceptions qu'il a eues de la part des humains. Cette "justice tienne" est, en fait, la Chékhina divine qui réside avec nous.

Verset 3
"Tends vers moi Ton oreille, vite sauve-moi. Sois pour moi un rocher, une forteresse, une citadelle où j'aurai le salut".
Ce verset précise et intensifie la demande ; ce ne doit pas être vague mais une relation personnelle, un véritable salut. Et la protection doit être intense et solide. On trouve ici les mots fréquents dans les psaumes : rocher (tsour),  maôz (forteresse), métsouda (citadelle) et salut (hochiâ).
Cela est bien plus que aide, c'est la solution définitive à une menace totale.

Verset 4 
"Car mon rocher et ma citadelle c'est Toi, et pour Ton Nom Tu me guideras et Tu me dirigeras".
Ici, on précise encore ; on ne dit pas : sois un rocher, mais Tu es mon rocher. Ce n'est pas ailleurs, et c'est Toi. Et on se place dans l'ordre de l'amour car cela est demandé en raison d'une relation d'amour. En effet, quand on aime, on ne peut pas refuser car l'aide repose sur l'amour seul. Et cet amour devient le moteur qui mènera la vie et la pilotera.

Verset 5
"Tu me feras sortir de ce filet dans lequel ils m'ont enserré, car Toi Tu est ma forteresse".
Maintenant on précise les tactiques des adversaires qui précédaient cette protection : un piège fourbe dans lequel on est tombé. Au lieu de cela, désormais nous aurons une aura de protection très forte et positive, inébranlable et nous ressentirons la force au lieu de la chute, de la vulnérabilité, et de la menace.

Verset 6
"Dans Ta main, je confierai mon esprit. Tu m'as sauvé, Hachém, D.ieu de vérité".
Celui qui était menacé est arrivé ici à une relation d'amour en toute proximité et me se reposer totalement sur l'Aimé. Il est la vérité totale, comme l'expriment les lettres de ce mot EMET en hébreu (1e lettre, lettre médiane et lettre finale de l'alphabet). Et le nom qui nomme D.ieu est ici celui de la bonté: El. On reste tendu vers le salut et il est atteint.

Verset 7
"J'ai haï ceux qui gardent des relations vaines et moi, c'est vers Hachém que j'ai remis ma confiance".
Nous étions perdus dans un monde où tout est vain et menaçant, et nous avons fait le choix de Celui que nous connaissons par Sa révélation de la Torah, et nous nous plaçons totalement en confiance envers Lui. C'est la fin de la première séquence de la supplication dans le danger et de la construction de la relation de confiance.


Verset 8 Commence la partie de louange et reconnaissance, jusqu'au verset 9.
"Je serai heureux et je me réjouirai dans Ta bonté car Tu as vu ma pauvreté, et Tu as connu les drames de mon âme".
Cette fois, on dépasse enfin le drame et comment ? Par l'union en Celui qui est bonheur et joie. Le vide est devenu contenant pour ce bonheur. La pauvreté prend sens. On atteint des termes que l'on utilise dans les chants de mariage.

Verset 9
"Et Tu ne m'as pas enfermé dans la main de l'ennemi ; Tu as établi mes pieds au large".
Ce que nous vivions était exprimé en termes d'espace enfermé comme une prison, un piège. Cette fois, la cage s'est ouverte et on a retrouvé la liberté d'action.

Nous avons effectué un cycle. Et nous allons en recommencer un autre, identique (Versets 10-19). Cela nous enseigne peut-être que la vie restera un affrontement de grandes difficultés qui se renouvelleront, comme ce fut pour David et tous les Patriarches. Il faut alors tirer les leçons du cycle précédent, dans cette nouvelle épreuve. La première phase (versets 10-19) sera une plainte dans l'angoisse et la seconde phase (versets 20-23) sera à nouveau l'assurance et la louange de remerciement.

Verset 10
"Sois bon envers moi, Hachém, car dans la détresse je suis. J'ai fatigué mes yeux dans la colère, ainsi que mon âme et mon corps et mon ventre".
Situés dans la bonté, nous osons redire l'intensité de la détresse qui déchire et brise tout l'être.

Verset 11
"Car détruite dans la peine est ma vie, et mes années s'écoulent dans les gémissements. L'échec de mes forces vient de mes fautes, et mes membres sont épuisés".
Dans la confiance, nous pouvons dire à Hachém l'étendue de notre détresse réelle. Et notre faiblesse réelle qui explique toute cette situation.

Verset 12
"Pour tous mes persécuteurs, j'ai été considéré comme moins que rien ; et de même intensément pour mes voisins, et je suscitais la peur chez ceux qui me connaissaient. Ce qui me rencontraient dehors s'éloignaient loin de moi".
Ce n'est pas seulement une ruine personnelle, mais nous étions aux prises avec des véritables persécuteurs et, par faiblesse ou par gêne, ou par coopération avec eux, tous même mes proches amis se mettaient à m'éviter et à me fuir. Rien n'est pis que ces trahisons injustes venant de ceux que l'on aime, qui nous aiment et lâchent celui qui est faible.

Verset 13
"J'ai été oublié comme un mort hors des coeurs, et j'ai été comme un instrument abandonné et perdu".
Cette situation a été jusqu'à l'extrême, sans retour, dans une solitude atroce et sans pouvoir trouver d'issue.

Verset 14
"Oui, j'ai entendu les médisances nombreuses, la terreur m'environnant et m'enserrant, quand on se ligue ensemble contre moi, et pour me prendre ma vie ils complotaient".
Cela ne suffisait pas encore, après la faiblesse il a fallu que la persécution se déchaîne par la pire des armes, celle de la médisance, et non pas simplement pour nuire mais pour aller jusqu'à faire mourir. C'est la situation fréquente que vivent les Juifs et tout Israël. En ces heures, nous pouvons avoir l'assurance que nous ne vivons pas cela seuls, mais nos pères l'ont vécu et ont piloté l'histoire à travers ces larmes.

Verset 15. Ici commence la réaction positive en cette seconde partie du psaume.
"Et moi, c'est en Toi que j'ai placé ma confiance ; Hachém, j'ai dit : mon D.ieu, c'est Toi".
Au milieu de tout cela, en un instant je réagis et  je me branche en une seule réalité : Toi. Toi que je connais et qui est mon amour.

Verset 16
"Dans Ta main sont les étapes de ma vie; sauve-moi de la main de mes ennemis et de mes persécuteurs".
Je ne reste pas à contempler mes malheurs ni mes ennemis mais je vois plus loin et les étapes à venir de mon destin qui est mené par Ta main. Mais, pour cela, Tu dois me délivrer de ces obstacles qui ne sont rien pour Toi.

Verset 17
"Fais luire Ta face sur Ton serviteur, sauve-moi dans Ta bonté".
Au lieu de visage des mes ennemis, donne-moi de prendre de la distance et de me souvenir de la réalité qui est la mienne : je suis situé dans Ta lumière et si je le tiens Ta bonté pourra alors me sauver.

Verset 18
"Hachém, que je ne tombe pas dans la honte quand je T'ai appelé. Que les méchants, eux, sombrent dans la honte, qu'ils soient réduits au silence du Chéol".
Il faut cependant que Tu m'aides et renverse la situation concrète. Place les méchants là où ils ont voulu me mettre et là où se situe leur être.

Verset 19
"Qu'elles deviennent muettes les lèvres de mensonge, qui parlent avec insolence contre le tsaddiq, avec orgueil et mépris".
Fais cesser cette règle du monde.


Verset 20. Maintenant, après tout ce travail dans la prière, va venir dans la lumière la véritable situation du juste qu'est Israël.
"Quelle est immense Ta bonté, que Tu as dispensée à ceux qui Te craignent, que Tu as fais agir pour ceux qui ont confiance en Toi, en face des humains".
Tout cela se stabilise, non pas parce que nous supplions par des prières, mais c'est uniquement parce que nous vivons dans Ta crainte, cela veut dire que nous nous mettons envers Toi dans le véritable et unique rapport : Tu es le créateur du vrai bonheur et nous ne cherchons nulle part ailleurs nos raisons de vivre, et nous vivons selon Tes règles du jeu qui sont les règles de la vraie vie. Comme le dit le psaume 1 ou le psaume 128, celui qui vit ainsi dans ce que l'on nomme "crainte de D.ieu, yireat chamayim" trouve le bonheur. Il faut aller lire ces psaumes pour comprendre ce thème.

Verset 21
"Tu les as cachés dans le secret de Ta face, à l'abri des intrigues des gens, Tu les as abrités dans Ta soucca, hors de l'atteinte de la guerre des langues mauvaises".
Nous retrouvons les mots d'espace qui entoure, mais maintenant c'est Ton espace ; et il est une protection totale contre le pire des maux : la langue qui tue.

Verset 22
"Bénédiction et bonheur est Hachém, car Il m'a abrité dans Sa bonté pour moi, dans Sa ville fortifiée".
C'est un nouvel être dans un nouvel espace que nous vivons quand notre regard a retrouvé ainsi, par la prière bien guidée par le Roi David, notre lieu, notre peau, notre bouclier, notre union, notre force. Et tout cela, par l'amour que Hachém nous manifeste.

Verset 23
"Et moi j'avais dit dans mon trouble : j'ai été exilé loin de Tes yeux. Vraiment, Tu as entendu la voix de mes plaintes, en mes gémissements vers Toi".
Je ne dois plus oublier que Tu es présent à mes douleurs, que Tu les vois et les entends et que mes gémissements Te sont présents et que Tu y réponds réellement.


Verset 24. Nous abordons maintenant la conclusion du psaume après ces deux parties qui ont doublé la plainte suppliante et la louange de confiance.
"Aimez Hachém, tous ses amants épris de Lui. Ses fidèles Il les protège, Hachém. Mais Il paie immensément ceux qui agissent avec orgueil".
Nous avons le choix entre deux modes de vie : la guerre des humains brutaux et orgueilleux, ou bien l'humilité du peuple juif qui reçoit et reconnaît la Torah et va vivre là comme le demande Hachém. Même si cela semble fait rencontrer les persécutions et la misère. Mais c'est vivre dans Sa lumière, dans Sa protection de Celui qui neutralise tous les méchants si nous Lui faisons cette  confiance.

Verset 25
"Renforcez-vous et rendez fermes vos coeurs, vous tous qui espérez en Hachém".
Il ne suffit pas de s'en remettre placidement et passivement à la confiance. Il faut oser aller affronter le danger et la médisance qui s'exerceront envers le peuple juif, et cela comme il a été dit à Yehoshua dans le premier chapitre de son livre (aller le lire) : puisque nous avons reçu la Torah de lumière, la preuve et l'assurance de la protection, nous avons le devoir de nous renforcer. Hachém ne peut pas nous donner à Lui seul la force dont nous sommes capables, il a laissé cette part libre à l'homme qui décide comment il vit. Ayons confiance mais nous avons le pouvoir de nous rendre forts. Alors seulement la paix viendra dans un second temps : ôz vé chalom, force d'abord et paix ensuite.


 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour