Le psaume 51

Demande de pardon et de pureté pour aider Israël.
Ce n'est pas par l'argent, ni par les armes, ni par les conflits politiques, ni par les réglements politiques
que l'amélioration se réalisera: elle exige d'abord un changement de la relation dans le coeur.
Cet enseignement est capital pour tous ceux qui veulent le bien d'Israël, leur propre bonheur
et qui misent le plus souvent sur d'autres priorités qui s'avèrent toujours inefficaces.




Résumé et axe du psaume.
Présentons le texte et sa traduction en les groupant en parties très différentes, comme des étapes successives.

Les phases de l'éveil
1. Le psaume donne le secret du renouvellement de l'être personnel et de la collectivité pour parvenir à une victoire (verset 1). Le Roi David se donne comme exemple ayant expérimenté la voie de cette réussite.

"Au vainqueur, le chef des chantres. Psaume de David.
Quand le prophète Nathan s'adressa à lui après qu'il soit allé vers Bat-Chévâ ".


Le psaume commence par la description de l'erreur ou de la faute qui est dans le coeur de l'homme (verset 2). Mais, même cette prise de conscience ne se fait pas spontanément chez l'homme, il faut que D.ieu intervienne pour que l'homme devienne sensible au fait qu'il était sorti du droit chemin. Il le fait par ses envoyés qu'il faut reconnaître (ici, le prophète Nathan).
L'amélioration se fait donc dans un dialogue; nous prenons conscience que nous sommes en situation de dialogue avec D.ieu.

2. C'est la base d'une nouvelle étape où l'homme remet les choses dans le bon ordre (verset 3): il demande l'intervention de la bonté de D.ieu qui est le fondement de tout, et que nous avions oublié; cela, au lieu de la manifestation des penchants nocifs de l'homme. Et cela rendra possible que D.ieu lui accordera une purification totale de ses imperfections qui lui collent à la peau (verset 4).

"Fais-moi grâce, D.ieu, dans Ta bonté. Comme la miséricorde de Ta justice gomme mes fautes.
Lave-moi à l'extérieur de mes péchés, et de mes fautes purifie moi à l'intérieur".


Alors, la situation se normalise: au lieu du glissement répété vers l'erreur, l'homme situe sa propre propension et vulnérabilité au mal et à l'inconscience. Il se situe dans cette réalité et y stabilise sa prise de conscience (verset 5).
Nous parvenons à comprendre (verset 6) que le mal dans nos actes n'était pas une action précise, mais un éloignement de la présence à D.ieu, un éloignement du regard hors de l'échange des regards avec D.ieu.
Et nous nous étions éloignés en permanence depuis très longtemps (verset 7)

"Car ma faute je la connais profondément, et mon péché est devant moi constamment.
C'est contre Toi et contre Toi seul que j'ai péché, et ce qui est mal à Tes yeux je l'ai fait.
De sorte que ce serait juste que Tu sévices, Tu serais en droit de me juger.
C'est bien exact, c'est dans le péché que j'ai été dès le début,
et c'est dans la faute que déjà ma mère m'a conçu".

3. Une étape nouvelle commence avec l'expérience de la vérité de l'intelligence et du coeur (verset 8) et de la pureté (verset 9).
Un monde nouveau et renouvelé s'éveille, celui de la joie là où était la douleur due à notre égarement (verset 10). La thérapeutique repose sur un diagnostic exact.
Nous demandons que la puissance divine stabilise cette nouvelle relation au monde et à D.ieu (verset 11) car nous connaissons notre fragilité dont la conscience est encore bien faible et fragile.

"C'est bien vrai que c'est la vérité que Tu recherches dans les coeurs, et dans mon intimité secrète c'est la sagesse que Tu me fais partager.
Tu me purifieras avec l'hysope et je serai pur: Tu me laveras et je serai blanc plus que la neige.
Tu me feras ressentir l'allégresse et la joie, Tu rendras la joie à ces membres que Tu as frappés.
Retires Ta face de mes fautes, et tous mes péchés efface-les".

La réponse divine, au coeur de la nouvelle relation, a été agissante et le Roi David qui nous représente déclare que la pureté de son coeur est acquise par un don qu'en a fait D.ieu (verset 12).
Mais nous demandons que D.ieu nous accorde aussi la stabilité en ce point (verset 13).
S'ouvre une étape de renouvellement continu.
C'est véritablement un salut qui est opéré et il procure la joie. Cela par le don fait par D.ieu et nous lui demandons de l'assurer en permanence (verset 14).

"Un coeur pur a créé en moi D.ieu, et un esprit juste Il a renouvelé en mon intérieur.
LEV TAHOR BERA LI ELOQIM VEROUAH NAKHONE HADDECH BEQIRBI

Ne me rejette pas de devant Toi, et l'esprit de Ta sainteté ne le retire pas de moi.
Fais revenir vers moi la joie de Ton salut, et un esprit de bienveillance soutiens-moi avec."

4. Nous demandons de pouvoir faire partager cette expérience à d'autres, et de les rapprocher ainsi de la source du dialogue et de la bonté (verset 15).

"J'enseignerai aux pécheurs Tes voies, et ceux qui pèchent je les ramènerai vers Toi".
Mais nous savons bien que ceux qui n'ont pas atteint ce point seront méchants et violents, comme ce qui se produit le plus couramment sur cette terre, et spécialement contre ceux qui veulent le bien et le bonheur (verset 16). Aussi, nous demandons le bouclier et le salut contre eux.

Nous demandons que notre parole ne tombe pas dans les pièges précédents où nos actes se déroulaient comme ceux des méchants. Et que ce soit D.ieu qui ouvre notre bonne parole, comme il a précédemment ouvert notre prise de conscience et nos coeurs (verset 17).

5. Notre propension était tellement vers la violence du mal que nous pensions que D.ieu Lui-même se comporte à notre façon.
Nous avons appris ci-dessus que ce qu'Il souhaite, c'est un coeur qui revienne au dialogue bon avec lui. Et cela Il ne le rejette jamais (versets 18-19).

"Sauve-moi de la chute dans le sang D.ieu, D.ieu de mon salut.
et elle se réjouira ma langue dans Ta justice.
Mon Maître, mes lèvres ouvre-les et ma bouche dira Ta louange.
car Tu ne désireras pas de sacrifice, et je Te le donnerai; le sacrifice total Tu ne le souhaites pas.
Les sacrifices de D.ieu sont un esprit brisé,
un coeur brisé et qui a reçu un coup, D.ieu ne le dédaigne pas."

6. L'opération heureuse de retour (téchouva) qui vient de se dérouler pour nous, nous ne voulons pas la penser ni la garder comme un bénéfice indiviuel. Nous le demandons pour cette relation collective de la Création et du renouvellement du monde (tiqoune) que l'on nomme Sion et Jérusalem (verset 20).

Et là sera le vrai culte, la véritable orientation de l'être vers Lui (verset 21).

"Fais le bien, dans Ta volonté, envers Tsione, et construis les murailles de Jérusalem.
Alors tu seras satisfait des sacrifices justes, du sacrifice total et du sacrifice parfait.
Alors ils monteront vers Ton autel les taureaux pour le sacrifice".



Nous avons donc appris comment modifier notre mode d'existence, externe et interne, pour revenir vers la véritable relation à toute chose. Alors la bonté sera gagnante dans la vie. Méditons lentement cela et appliquons le dans notre existence, intérieure et extérieure.
Nous continuerons en nous centrant plus sensiblement sur certains mots et versets avec nos Sages.

Le centre du psaume qui est le réajustement essentiel à accomplir est le verset 12:
"Un coeur pur a créé en moi D.ieu, et un esprit juste Il a renouvelé en mon intérieur.
LEV TAHOR BERA LI ELOQIM VEROUAH NAKHONE HADDECH BEQIRBI".
4 éléments sont présents que nous pouvons réaliser:
1. Le renouvellement ('hiddouch) souhaité du monde dont parlent sans cesse les journaux imprimés et télévisés et les luttes politiques se situe pour le judaïsme dans un seul programme le "coeur (lev)" et dans "l'intériorité (béqirbi)". Etudiez sur cette page de Modia ce qu'est ce concept essentiel de "coeur (lev)" dans le judaïsme:
http://www.modia.org/lev-gompers/methode/coeur.html ce qu'en dit la paracha Vayiqra (lien ici), et la paracha Vayaqhel (lien ici) qui veut rassembler le peuple en niveau de qahal centré sur ce niveau de coeur. C'est cela le seul et vrai mouvement politique du peuple juif.
N'oublions jamais que l'essentiel de toute la Torah est le Lev, le coeur.
Et Ribbi Âqiva dit dans ses Otiotes, ses lettres de l'alphabet que toute l'étude doit être faite par le coeur
(lamad, apprendre, est composé des initiales des mots lev mevine daâte, le coeur comprend la science ou l'union);
et toute la Torah est insérée entre ces deux lettres du mot lev, coeur:
en effet, la Torah se termine par la lettre lamed du mot Israel et on reprend la lecture au début par la lettre beit du mot Béréchite, ce qui fait lamed-beit= lev, coeur.

Que notre coeur s'ouvre enfin à la Torah, que tout notre être soit un coeur.
Alors nous comprendrons que la dernière phrase de tout le Tanakh est une phrase allant du coeur de D.ieu (si on peut dire) à notre coeur, et nous l'entendrons sans discuter, par le coeur comme le jour où un amour est ressenti avec évidence:

"Mi-vakhém mikol-âmo, Hachém Elohav îmo véyaâl.
S'il est parmi vous quelqu'un qui appartienne à Son peuple, que Hachém son D.ieu soit avec lui, et qu'il monte"
Sans cette écoute par le coeur (sens du Chémâ Israël), nous ne sommes pas face à la Torah.
On ne peut pas résister aux mots de cet amour.

C'est ce que nous dit aussi la dernière phrase du Cantique des Cantiques:

"Béra'h, dodi, oudémé-lékha litsvi o léôfér haayalim âl haré vésamim.
Fuis mon bien-aimé, et sois semblable au cerf ou au faon des biches sur les montagnes parfumées".
C'est cela la vérité de la Torah. Elle nous dit qu'il faut nous rendre semblable (démé lékha) à cette qualité.
C'est la seule chose qui était demandée en premier par D.ieu à Avraham: "va vers toi-même (lékh lékha)".
Nopus comprenons maintenant quelle est cette révolution: aller vers cette intériorité du coeur et qui sera pur, y placer un esprit juste et exact (roua'h nakhone). Pas d'un judaïsme qui consisterait seulement en réunion de club, en communauté d'activités collectives, et en pratiques de prières automatiques et d'études intellectuelles: tout doit être branché sur la qualité intérieure du coeur, l'intériorité (pnimioute).
Sur notre verset, le Ari, zal, fait remarquer dans Séfér ha liqoutim que les lettres initiales des mots lév tahor béra (un coeur pur créa) forment le mot tévél, le miqvé dans lequel on s'entoure de l'eau qui renouvelle (lien ici) et les lettres finales formes aussi le mot bara (créer); cela nous indique que nous pouvons concrétiser cette transformation par la pratique de la tévila, aller dans le miqvé. Il y démontre que notre verset comporte de nombreux noms de D.ieu. Que ceux qui ont accés à ces connaissances s'y reportent. Ce n'est pas le lieu ici d'exposer ces connaissances.
Et, dit-il, les mots "véroua'h nakhone (et un esprit juste)" ont la guématria de ratsone (la volonté), qui est le niveau d'excellence que chaque femme dit dans ses bénédictions du matin quand elle remercie D.ieu d'avoir été créée selon ce niveau de ratsone, qui est Sa volonté parfaite.
Terminons ce rapport du commentaire du Ari sur notre verset: il indique que les mots 'hadéche béqirbi (renouvelle dans mon intériorité) ont la guématria des initiales des 12 tribus d'Israël. Cela est clair: nous souhaitons le renouvellement de la qualité d'Israël, sa réunion dans une qualité pure, et sur la terre de la vraie vie de la Torah, la terre d'Israël mais pour y vivre dans cette pureté. Et cela tous ensemble.
Nous découvrons que cette aspiration est manifestée comme idéologie incertaine par beaucoup de mouvements. Mais l'erreur est d'en rechercher l'accomplissement par des idéologies étrangères et de lutte contre les autres au lieu de nous unir ensemble sur ce que dit notre psaume: par une révolution intérieure de chacun. Ce n'est pas un manifeste politique de plus, c'est une transformation simple de notre intériorité. D.ieu la veut dit le psaume, D.ieu est prêt a nous donner cette re-création.
Que tout Israël et que chacun en Israël dise ce psaume que nous enseigne le Roi David. Il a eu le courage de nous donner l'exemple du retour vers cela qu'il faisait lui-même à partir de ses erreurs. Faisons de même. Et Israël sera le pays de bonheur et de paix que tous souhaitent. Et, alors, il sera le foyer des bénédictions pour tous les peuples, c'est sa mission. Pas seulement d'être une forteresse militaire gouvernée par des luttes politiques intéressées. Le salut de toutes les tribus d'Israël passe par ce travail personnel de chacun. C'est cela que l'on appelle "faire téchouva", revenir à l'essentiel de ce coeur juif, ce n'est pas se déguiser en nouveaux rites externes. Pour le vêtement, chacun a le sien selon son origine (et sa tribu); et nos rites sont les rythmes de la Torah.
En ce moment, la presse israélienne mène une immense campagne contre la corruption politique dans le gouvernement et la Knesset a décidé d'enquêter là-dessus. Un grand désir se manifeste de renouvellement, de vérité et pureté dans ce que l'on doit être.
En fait, le public en général en a "marre" (permettez-l'expression) de toute cette façon de gouverner et des affaires de corruption qui l'accompagnent dans les élites politiques. Cela se traduit par un fait très significatif: les deux grands journaux consacrent pages sur pages à critiquer ce style et le journal Maariv va jusqu'à envoyer à tous ses lecteurs ce sticker à coller à sa fenêtre ou sur sa voiture: "Eifo ha boucha" (où est la honte?), ce qui veut dire: ceux qui nous gouvernent n'ont même plus de sentiments de honte qui pourrait empêcher de commettre des actes publics antidémocratiques et immoraux. Et un journal national qui a des lecteurs de toutes les opinions dénonce.

La Knesset a décidé d'enquêter sur tout cela. Il était temps, la crise et la folie sont allées à leur maximum, car sans cela nous n'aurions pas été assez "écoeurés" (c'est le mot juste) et ne serions pas revenus à ce que nous enseigne le Roi David. Faisons-le chacun, et tous ensemble.LE peuple juif est toutjours capable de "revenir" (téchouva) vers son meilleur.
A suivre

(ici, retour à la page 1 des psaumes, avec le plan général)

Retour à la page générale des prières
Retour à la page des téâmim des psaumes
Retour à la page de la prière pour la terre d'Israël en danger