Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 
Je m'appelle... Chémi hou (hébreu)... My name is... Kurehe anakne...ne. Simae...now. 'Ismi... Me digo... Nire izena...da. Ngo sing... Esm e man...eh. Mein Name ist... Mera naam...hai. Uvanga... Mi chiamo... Watashi no namae wa... Wo shi...Jeg heter... Mam na imie... Menya zavut... etc

 Pourquoi dire un verset de la Torah  commençant
et se terminant comme notre nom hébraïque?

par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour (Dipour en hébreu)


Si vous ne trouvez pas votre prénom, dites-le moi, pour que je puisse l'ajouter.
En bas de page, questions des lecteurs et réponses sur le nom juif, sur le nom ou les cas de changement de nom dans la Torah (Yitro, Yehoshua, Yael) et dans la vie.

Les noms dans les différentes communautés juives
Et toute paracha traite de ce sujet
Ecrivez le mot "nom" dans le moteur de recherche ci-dessus et vous découvrirez
l'importance de ce concept dans le site et dans le judaïsme.



L'actualité est trop souvent sordide, allons aux choses essentielles. Notez bien: quand nous parlons du nom, il s'agit du nom hébraïque
(prénom, dans les langues modernes, et non pas du nom de famille).
Ce n'est pas une coutume suspecte et superstitieuse, ce que l'on appellerait alors un min'hag chtoute.
En effet, par exemple, on en trouve déjà la trace dans Rachi quand il commente le verset du prophète Michée (Mikha 6, 9): Qol Hachém la îr yiqra  (la voix de Hachém interpelle la ville),
vé touchia yiré chémékha (et l'homme d'intelligence verra Ton nom). 
Le commentaire de Métsoudate David éclaire: "cette voix divine qui appelle à la téchouva, au retour vers la Torah, vient par un homme plein de l'intelligence divine qu'est le prophète et qui voit la réalité dans le Nom divin.
Le Malbim indique que ce fut le cas pour Avraham qui voyait la réalité à travers sa vision de la véritable réalité telle qu'elle est en Hachém qui est le Lieu de tout, le maqom. Alors, Avraham a vu que ce lieu vers lequel il se dirigeait serait complet et deviendrait Jérusalem (j'ai ici explicité le commentaire).

Rachi dit sur la seconde partie: vé touchia yiré chémékha (et l'homme d'intelligence verra Ton nom):
"mi khane (de ce verset),
ché kol mi ché omér (quiconque dit)
miqra ha mat'hil ou mésayém (un verset qui commence et qui se termine)
kémo ché mat'hil ou mésayém chémo (comme commence et se termine son nom),
ha Torah matsilo mi guéhinam (la Torah le sauve du lieu de désastre)".
Rachi est la garantie la plus sûre, la plus équilibrée. Donc nous pouvons suivre cette coutume.

Nous pouvons comprendre le lien de ce que dit Rachi avec les deux autres commentaires:
puisque nous sommes faits à l'image de D.ieu et que, en plus, le peuple Juif est celui de Son alliance, le peuple de Son Nom puisque Israël veut dire "chant de D.ieu", a fortiori, notre nom lui-même qui indique notre identité et notre être doit être en  analogie avec ce qu'est le Nom de D.ieu. Et rien ne peut mieux exprimer tout cela que de déployer notre nom personnel dans un verset de la Torah qui est l'exposé de la vie divine. Ainsi nous exprimons vraiment qui nous sommes, nous nous le rappelons et nous voulons vivre en ce lieu ; non pas en notre seul "moi", qui est de plus trop souvent construit des seules objectifs de vanité (réussite, argent, pouvoir, possession, domination, etc, en un mot: égoïsme). 

C'est bien pour cela que nos Sages ont toujours insisté pour donner un nom aux enfants qui exprime ainsi notre lieu hébraïque de vie, et que nombreux sont les noms hébraïques qui ont un nom de Dieu en eux, sous une forme ou sous une autre (particule "el" comme dans Chémouel, Samuel, ou "yo" ou "yeho" comme dans Yoel ou dans Yehoshua).
On comprend alors comment le choix d'un nom américain ou étranger parce qu'il est à la mode, est complètement hors de la conscience claire de cette existence juive et divine à la fois. Nos Sages, dans le Middrache Tan'houma (paracha Haazinou, 7) nous disent d'être toujours très attentifs en ce qui concerne le nom que nous donnerions à nos enfants afin que son nom corresponde bien à ce qui pourra en faire un juste, un tsaddiq (léôlam yivdoq adam bé chémote liqro livno haraouille liyote tsaddiq). En tous cas, tout Juif doit avoir un nom juif et savoir le joindre au nom juif de son père et à celui de sa mère, même s'il est appelé autrement. Et le révérer, et chercher à en connaître les richesses et le potentiel.

Pour toutes ces raisons, même dans l'esclavage de l'Egypte qui avait un pouvoir extraordinaire d'assimilation car cette civilisation était belle, intelligente, cultivée, savante, etc., nos ancêtres n'ont jamais abandonné leurs noms hébraïques et divins car ils étaient leur lieu de vie et leur seul destin (Vayiqra Rabba 32, 5) et c'est pour cela qu'ils furent sauvés. C'est cela "être juif", comme le dit bien le mot "juif" (yéhoudi)composé des quatre lettres du nom de D.ieu et de la lettre dalét qui délimite l'espace concret par son graphisme. Quand au nom Moché, il n'apparaît quasiment jamais dans toute la littérature talmudique (uniquement en Baba Batra 174a et  en Arayote 23a) pour désigner un homme quelconque, car cette forme d'existence qu'était Moché était et est unique parmi tous les hommes.

Poème
Quand père et mère s'embrassent de merveille
et créent l'enfant, unis au Créateur de la terre et du ciel,
ils cherchent où mettre pour lui le trésor de leurs rêves
pour faire durer toute l'éternité cet instant extraordinaire.
Ils écrivent une longue lettre mais ils craignent de la perdre.
Ils ont envie de la raconter à leur voisins et à leurs frères
mais ils se taisent car on ferait vite du secret une banale affaire.
Ils pensent acheter une maison, un bijou, une perle
mais tout peut se détruire, ou se voler, D.ieu préserve.
Ils ne faut donc pas montrer; mais où cacher? même sous la terre
on finirait par le trouver ce secret, l'abîmer, le ridiculiser.
Ils eurent une idée: notre amour et nos projets pour lui,
nous allons les cacher dans son nom, camouflage superbe.
Pour tous, il sera celui de millions, mais nous seuls nous saurons
ce qui s'est passé en ce moment unique de la création
où homme, femme et Ciel furent à l'unisson.

Mais jamais, nous ne saurons le secret le plus profond
caché en notre enfant. Lui seul, entendra la chanson,
unique dans tout le monde qui lentement monte
pour la première fois dans la Création:
un être nouveau entend seul les ondes venues des horizons
de la Torah, il en porte toutes les ambitions.
Il est nouvelle forme, nouvelle expression, nouvelle décision
et il les signe de son nom.
Un jour, il nous dira: je connais mon nom.

Et nous nous tairons.


(Une nouvelle plante: photocomposition de l'auteur)

Le middrache explicite autrement le commentaire de Rachi:
le but de cette pratique de chercher et de dire le verset biblique correspondant à notre nom, est ainsi de ne pas oublier notre nom, le jour où on arrive devant le Juge après notre mort. 
Le middrache, repris par le Chla, dit que le Ciel nous demande alors notre nom et, si nous l'avons oublié, nous sommes renvoyé pour une vie supplémentaire (guilgoul) afin de bien connaître notre nom cette fois, mais cela sera source de tourments supplémentaires et que nous aurions pu éviter. 
Il va de soi qu'on ne parle pas ici d'un exercice de mémoire simplement ; on veut dire: connais-tu bien ton nom ? ton potentiel, ton identité ? et les as-tu bien découverts, développés, achevés comme cela était ta tâche ? Cela est donc un exercice pratique de la plus grande importance et nous le plaçons au moment le plus élevé, où nous sommes unis à la divinité si l'on peut dire, en phase avec notre Création, et avant de revenir à la vie concrète munis de cette présence et de ce projet, dans le verset suivant lors la fin de la âmida.
En effet, les différents commentateurs, comme le Chla ou le Kaf ha 'hayim, reprennent cette coutume quand ils parlent de la fin de la âmida.

Comment cela est-il pratiqué ?
1. On choisit un verset de la Torah ou du Tanakh facile à retenir, positif, éducatif, correspondant bien à ce que l'on est et dont on sent qu'on a besoin,
et il faut que ce verset commence donc et se termine donc par les mêmes lettres que notre nom hébraïque (en aucun cas, cette pratique ne peut pas s'appliquer à l'écriture hébraïque d'un nom qui n'est pas juif).
2. On dit à voix basse ce verset, avant la fin de la âmida ou chémoné êsseré, 
avant de dire Yiyou lé ratsone imré-fi... qui précède le verset ôssé chalom bimroumav que l'on dit en reculant.

Voici quelques exemples de noms actuels, bibliques ou non. Si D.ieu veut, à la demande nous insérerons ici d'autres exemples. Les versets présentés ne sont pas limitatifs et d'autres versets peuvent choisis.

Un exercice d'étude ;
Etudiez ces noms et leur verset, pour apprendre à mieux connaître, respecter, aimer et aidez ceux qui vous sont proches, et même les autres. Ils sont ici classés selon l'alphabet hébraïque. Il y a beaucoup d'autres possibilités de versets, je vous indique celles-ci, à vous d'améliorer votre choix. Il faut le dire des centaines de fois pour découvrir la senteur de coeur de ce parfum.
 

Nom
Verset
Texte et traduction
aleph
(aleph-hé)
Adara, Adina, Ahavah, Ahouva, Arié, Ayalah, Etana, Ilana, Odéya
Psaume 97, 11 ou 119, 1Or zarouâ la tsaddiq ou lé yichré-lév sim'ha
(La lumière germe pour le juste, et pour les coeurs droits, c'est la joie).
(aleph-vav)
Aviahou, Eliyahou
Psaume 144, 15Achré haâm chékakha lo, achré haâm ché Hachém Eloqav (Heureux le peuple qui jouit d'un tel sort, heureux le peuple qui reconnaît Hachém comme son D.ieu).
(aleph-youd)
Avichaï
Psaume 137,5Im-échka'hékh, Yérouchalayim, tichka'h yémini
(Si je t'oublie, Jérusalem, que ma droite, ma force, m'oublie).
(aleph-lamed)
Ariel
Psaume 69,7Qu'ils n'aient pas à rougir à cause de moi, ceux qui espèrent en Toi,, Adonaï Hachem Tsévaote. Qu'ils ne soient pas couverts de confusion à mon sujet, ceux qui Te recherchent, D.ieu d'Israël.
(aleph-mem)
Avchalom, Avichalom, Adam, A'hinoâm, Avinoâm, Avram, Avraham, Eliaqim, Eliram, Ephraïm
Psaume 23,6Akh tov va'hésséd yirdéfouni kol yémé 'hayaï véchavti bévéit Hachém lé orékh yamim.
C'est sûr, bonheur et bonté iront vers moi tous les jours de ma vie, et j'habiterai dans la Maison de Hachém tout au long des jours.
(aleph-noun)
Aharone, Argamane, Eitane, Elintane, Elone, Ilane, Orén, Oriane
Psaume 7, 18 ou 9,3 ou 30, 9Odé Hachém kétsidko, vaazaméra chéHachém êliyone.
Je louerai Hachém pour sa justice, et je chanterai le nom de Hachém le Très-Haut.(Psaume 7, 18)
(aleph-reich)
Achér, Avner,Aviner,Ofir; Eliezer,Elitsour, Avigdor
Psaume 95,8Al taqchou lévavkhem kimriva, kayom massa bammidbar
(N'endurcissez pas votre coeur comme à Mériba, comme au jour de Massa dans le désert).
(aleph-tav)
Osnate, Efrate
Psaume 80,15Eloqim Tsévaote, chouv na, habbéte michamayim ouréé, oufqod guéfén zote
(Eloqim Tsévaote, Reviens, de grâce, du haut du ciel regarde et vois, prends sous ta protection cette vigne).
beit
(beit-zayine)
Boaz
Psaume 138,3Bé yom qarati vataânéni, tarhivéni vénafchi ôz
Le jour où je T'appelai, Tu m'as répondu, Tu m'as donné du courage en fortifiant mon être.
(beit-khaf)
Baroukh
Psaume 119, 11Bélibbi tsafanti imratékha, lémaâne lo é'héta-lakh
En mon coeur j'ai placé Tes paroles, pour que je ne faute pas envers Toi.
(beit-lamed)
Betsalel
Psaume 68,27Dans vos groupes, bénissez Eloqim, vous qui êtes de la source d'Israël.
Beni, Benjamin, Bentsione, Biniamine
(beit-noun)
Psaume 89, 53Baroukh Hachém léôlam, Amen! Vé Amen!
Loué soit Hachém toujours! Amen et Amen!
(beit-âyine)
Bat-Chévâ
Proverbes 16,6La bonté et la bienveillance effacent la faute, la crainte de Hachém fait éviter le mal.
guimel
(guimel-hé)
Guila, Gour-Arié, Guédaliya, Guédoula, Guéoulah
 Guémalatéhou tov vé la-râ, kol yémé 'hayéha
Il la comblera de bien et non de mal, tous les jours de la vie. (Michlé, Proverbes 31, 12).
ou
Gol âl Hachém darkékha, ouvéta'h âlav, vé hou yaâssé.
Fais virer vers Hachém tes façons de vivre, et aies confiance en Lui, et il fera. (Psaume 37,5).
(guimel-lamed)
Gabriel
Psaume 71,22En retour, moi, je Te louerai au son du luth pour Ta bonté fidèle, ô mon D.ieu, je Te chanterai avec la harpe, ô Saint d'Israël.
(guimel-mem)
Guerchom
Psaume 111,2Grandes sont les oeuvres de Hachém, bon objet d'études pour ceux qui les aiment.
dalet

(dalet-dalet)

David,

Psaume 105, 4
Dirchou Hachém vé ouzo, baqéchou fanav tamid
Recherchez Hachém et sa force, demandez sa face toujours.
(dalét-hé)
Dafna, Daliya, Dana, Dérora, Dévora, Dina, Diqla, Ditsa, Dora
Chir ha Chirim, Cantique des Cantiques 5, 10Dodi tsa'h véadom, daghoul mérévava
Mon bien-aimé est d'un blanc pur et vermeil, plus distingué que des milliers.
(dalét-lamed)
Daniel
Amos 5,6Recherchez Hachém et vous vivrez. Autrement, Il fera éclater dans la maison de Yossef un feu qui dévore, sans que Béthel n'ait personne pour l'éteindre.
(-hé)
Hadassa, Hodaya, Hodiya
Psaume 105,3Hithallélou bé chém qodcho, yisma'h lev mévaqché Hachem (Glorifiez vous de Son saint Nom, que le coeur de ceux qui recherchent Hachém soit en joie).
(-lamed)
Harél, Hillel, Hertsél, Horiél
Psaume 121, 4Hiné lo-yanoum vélo yichane chomér Yisrael
Voici, il ne dort pas et il ne sommeille pas le Gardien d'Israël.
zayine
(zayine-béit)
Zahav, Zéev
Michlé, Proverbes 10, 7Zékhér tsaddiq livrakha, véchém réchaîm yirqav
Le souvenir du juste apporte la bénédiction, et le nom des méchants tombe en ruine.
'hét
('hét-hé)
'Hanna, 'Hananya, 'Hava, 'Haya, 'Hédva, 'Haviva, 'Hizqiya, 
Michlé, Proverbes 22, 6
et Psaume 31, 25

'Hanokh lanaâr âl-pi darko, gam kh-yazquine lo-yassour mimménna
Eduque l'enfant selon sa propre voie, et alors même dans sa vieillesse il ne s'en écartera pas.

('hét-mem)
'Hayim ou 'Haïm
Psaume 34,8Un ange de Hachém est posté autour de ceux qui le craignent et il les fait échapper au danger.
('hét-noun)
'Hanane
Proverbes 12,12L'impie recherche ce qui devient un piège pour les méchants, mais la racine des justes est généreuse.
youd
(youd-beit)
Yaâqov
Psaume 20,2Yaânékha Hachém béyom tsara, yéssaguévékha chém Elohé Yaâqov
Il te répondra Hachém au jour de la détresse, il te protégera le nom du D.ieu de Yaâqov.
(youd-vav)
Yéchayahou, Yermiyahou
Psaume 20,10Hachem hochiâ, hammélekh yaânénou véyom qorénou
Hachem sauve, le Roi nous exauce le jour où nous l'invoquons.
(youd-hé)
Yafa, Yédidiya, Yéhouda, Yémima, Yéchaya, Yéchoua, Yé'hizqiya, Yéféfiya, Yisqa, Yona, Yossifa, Yossifia, Yirméya, Yisraéla
Psaume 145, 10Yodoukha Hachém kol-maâsséikha va 'hassidéikha yévarrékhoukha
Elles Te louent, Hachém, toutes Tes oeuvres, et ceux qui T'aiment te bénissent.
(youd-lamed)
Israël, Yaël, Yé'hiél, Yé'hezqél, Yéqoutiël, Yichmâël, Yigal, Yisrael, Yoël, Youval,
Psaume 118, 16 et 33, 8Yémine Hachém roméma, yémine Hachém  ôssa 'hail
La droite de Hachém est sublime, la droite de Hachém procure la victoire.
(youd-noun)
Yo'hanane, Yonatane
Psaume 91,1Yochev bésséter éliyone, bé tsel Chadaï yitlonane
Celui qui demeure dans le secret du Très-haut et s'abrite à l'ombre du Tout-puissant.
(youd-âyine)
Yéhoshua, Yéhochouâ, Yéchâ, Yéchouâ, Yéhoyadâ, Yéhochévâ
Psaume 72, 13Ya'hos âl dal vééviyone,vénafchote évionim yochiâ
Il prend compassion de l'humble et du malheureux, et protège la vie des faibles.
(youd-qouf)
Yits'haq, Isaac
Psaume 140,8Eloqim Adonoute, ôz yéchouâti, sakota lérochi béyom nachaq
Mon D.ieu, mon Maître, force de mon salut, Tu couvres ma tête de Ta protection au jour du combat.
(youd-tav)
Yéhoudite
Psaume 146,9Hachem veille sur les étrangers, soutient l'orphelin et la veuve, tandis qu'il bouleverse la vie des pervers.
laméd
(laméd-hé)
Léa, Lévana, Liora
Michlé, Proverbes 2, 2Léhaqchiv la'hokhma oznékha, tatté libékha lattévouna
Prête une oreille attentive à la sagesse, ouvre ton coeur à la compréhension.
(lamed-youd)
Lévi, Lili, Liri
Psaume 40, 9Laâssote rétsonékha Elohaï 'hafatsti, vétoratékha bétokh méâï
Réaliser Ta volonté, mon D.ieu, est mon désir, et Ta Torah est jusqu'au fond de mon être.
(lamed-tav)
Linate, Livnat
Psaume 92, 3Léhaguid baboqér 'hasdékha, véémounatékha balléilote
Dire le matin Ta bonté, et pendant les nuits ta bienveillance.
mém
(mém-beit)
Mérav
Psaume 34,13Mi ha ich hé 'hafets 'hayim, ohev yamim lirot tov
Quel est l'homme qui désire la vie, qui aime de longs jours pour goûter le bonheur?
(mém-hé)
Moché, Matana, Maya, Mazala, Mayissa, Malka, Margalita,  Méira, Ménaché, Méira, Métouqa, Mikha, Mina, Mitspa,  Moria, 
Michlé, Proverbes 31, 22
et Ps 24,8 et 68,33 et 118,5
Marvadim âsséta-lah, chéch véargamane lévouchah
Elle se brode des tapis, lin fin et pourpre forment ses vêtements
(mém-youd)
Mordékhaï
Psaume 119,99Je suis plus sage que tous mes enseignants car Tes vérités sont le thème de mes réflexions.
(mém-lamed)
Malkiel, Matanél, Mazal, Mikhaël, Michel, Mikhal,
Psaume 24,5Ma tovou ohalékha Yaâqov, michkénotékha Yisrael
Qu'elles sont bonnes tes tentes Yaâqov, tes demeures Yisrael.
(mém-mém)
Myriam, Maqsim, Ména'hem, Méchoulam
Michlé, Proverbes 15, 30Méor-êinayim yéssama'h-lév, chémouâ tova tédacchén-âtsém
Une lumière qui éclaire les yeux réjouit le coeur, une bonne nouvelle est une sève bienfaisante pour le corps.
(mém-noun)
Matane, Maïmone, Mayane
Psaume 36, 8Ma yaqar 'hassdékha Eloqim, ouvéné adam béttsél kénaféikha yé'héssayoune.
Combien précieuse est Ta bonté D.ieu, et les fils de l'homme à l'ombre de Tes ailes s'abritent.
(mém-reich)
Maor, Malkior, Manor, Méïr, Méridor, Mor
Psaume 119, 104Mipiqoudéikha étbonane âl kén sqnéti kol ora'h chaqér.
Dans Tes préceptes j'ai puisé mon savoir, c'est pourquoi je hais toute voie de mensonge.
(mém-tav)
Margalite, Mirite
Psaume 84, 2
ou Psaume 113,5
 
noun
(noun-hé)
Naa, Naâma, Naguila, Nava, Né'hémya, Néîma, Néria, Nériya, Nina, Noâ, Noga, 
Psaume 119, 111Na'haléti édotéikha léôlam ki-sassone libi hémma
J'ai fait mon héritage de tes témoignages pour toujours, car ce sont eux la joie de mon coeur.
(noun-youd)
Naomie, Naphtali, Néhoraï, Néri, Nili, Nissi, Noémie, Noï
Psaume 119, 105Nér lé ragli dévarékha, véor lintivati.
Un flambeau qui éclaire mes pas, c'est cela Ta parole, et c'est une lumière pour ma route.
(noun-lamed)
Netanel
Isaïe 26,9De tout mon être, j'aspire à Toi durant la nuit, de toute la puissance de mon esprit, je Te recherche le matin; car lorsque Tes jugements éclatent ici-bas, les habitants du globe apprennent la justice.
(noun-noun)
Natane, Néémane, Nakhchone
Michlé, Proverbes 20, 27Nér Hachém nichmate adam, 'hofés kol-'hadré-vatén.
L'ame de l'homme est un flambeau divin, qui promène ses lueurs dans les replis du coeur.
samekh
(samekh-hé)
Ségoula, Sultana
Psaume 48,13Sobou Tsiyone véhaqifouah, sifrou migdaléya.
Faites le tour de Sion, parcourez-la à la ronde, comptez ses tours.
âyine
(âyine-hé)
Ada,Adaya,Ezra,Atara,Ovadia,
Psaume 18,50Je Te rends donc grâce, Hachem, à la face des peuples et je chante Ta gloire.
(âyine-laméd)
Emmanuel, Immanouél
et Âdiél, Ouziél, Âmital
Yéchaya (Isaïe) 8, 10Outsou êtsa vétoufar, dabbérou davar vélo yaqoum, ki îmanou El
Concertez des plans, ils échoueront ; annoncez des résolutions, elles ne tiendront pas, car D.ieu est avec nous.
(âyine-mem)
Amram
Psaume 34,16 Les yeux de Hachém sont ouverts sur les justes, Ses oreilles sont attentives à leurs prières.
(pé-hé)
Pénina
Psaume 118,19Pit'hou li chaâré tsédéq, avo vam, odé Ya.
Ouvrez-moi les portes du salut, je veux les franchir, rendre hommage à Hachém.
(pé-samékh)
Pin'has
Michlé 16,11

Les plateaux, les balances exactes sont l'oeuvre de D.ieu, Il est l'auteur de tous les poids justes.

tsadé
(tsadé-hé)
Tsipora
Voir aussi le psaume 92,13 ou 119,140 ou 119,144Psaume 36,7: Ta justice est comme les montagnes puissantes, tes arrêts sont comme l'immense abîme; aux hommes et aux bêtes, Tu es secourable.
Psaume 37,29: Les justes possèderont la terre, et ils y habiteront pour toujours.
reich
(reich-hé)
Rina,Rebeca, Rivqa
Psaume 26,12 Mon pied foule un chemin tout droit; dans les assemblées, je veux bénir Hachém.
(reich-lamed)
Rahel, Raphael,
Proverbes 25,9Si tu as un procès avec ton prochain, fais ce qu'il faut mais sans dévoiler des secrets qui ne t'appartiennent pas.
(reich-mém)
Ra'hamim, Ra'him, Re'havâm, Rotém
Michlé, Proverbes 19, 21Rabote ma'hachavote bélév-iche, va âtsate Hachém hi taqoum
Il y a beaucoup de pensées dans le coeur de l'homme, mais le projet de Hachém lui s'accomplira.
(reich-noun)
Réouvén
Proverbes 28,25L'homme aux appétits insatiables suscite des discordes; mais celui qui met sa confiance en Hachém jouira de l'abondance.
(reich-tav)
Ruth,
Proverbes 11,18Le méchant fait une oeuvre de mensonge, mais celui qui sème la bienfaisance récolte une vraie récompense.
chine
(chine-hé)
Salomon (Chlomo), Sarah, Sim'ha, Chochana, Sim'hona
Psaume 34, 21Chomér kol-âtsmotav, a'hat méhénna lo nichbara
Il protège tous ses membres, pas un n'est brisé.
(chine-lamed)
Chir-El, Chmouel, Samuel, Chaoul, Saül,
Psaume 119, 165Chalom rav lé ohavé toratékha, vééïne lamo mikhchol
Un grand bonheur pour ceux qui aiment Ta Torah, et pour eux il n'y a pas de cause de chute.
(chine-mém)
Choam,Chalom
Psaume 126,1 Cantique des montées.Quand Hachém ramena les prisonniers de Tsion, nous étions comme en rêve.
(chine-noun)
Sassone, Simon, Chimeône
Psaume 147, 12Chabé'hi Yérouchalayim éte Hachém, haléli Eloqaikh Tsiyone
Loue Hachém, Jérusalem, Louange ton D.ieu, Sion
(chine-tav)
Chélomit
Psaume 134,1Cantiques des montées. Allons, bénissez Hachém, vous tous serviteurs de Hachém, qui vous tenez dans la maison de Hachém pendant les nuits.
tav
(tav-hé)
Téhilla, Té'hiya, Tiqva, Tirtsa
Psaume 23, 5Taârokh léfanaï choul'hane néghéd tsoréraï, dichaneta vachémén rochi, kossi révaya
Tu dresses la table devant moi à la face de mes ennemis, Tu parfumes d'huile ma tête, ma couple est pleine à déborder.
(tav-reich)
Tamar
Psaume 90,1Prière de Moché, homme de D.ieu. Adonoute Tu as été notre abri de génération en génération.


  Réponse à des lecteurs sur le nom juif, ou sur leur nom:

Question: Le changement du nom de Yitro dans la Torah

Dans le deuxieme livre de Moshe ( Les Noms) le nom Reouël se transforme en Jetro (ioud tav reich vav).Pouvez-vous me donner une explication quant à ce changement radical de nom?
En vous remerciant d'avance, recevez mes salutations distinguées.
(Signature) 

Réponse

La réponse à votre question se trouve dans le middrache Rabba sur Chémote, ch. 27, 8.
Il y est dit que Yitro porte 7 noms dans la Torah. Quand il était païen, il s'appelait Yétér comme il est dit en Chémote 4, 18 (voir) ; quand il devint guér, une lettre fut ajoutée à son nom comme ce fut le cas pour Avraham.
Les commentateurs montrent que ce sont les lettres du Nom de D. qui sont ajoutées quand un de ces personnages passe par un développement dans son être comme Avram devient Avraham en recevant un vav,
 comme Saraï reçoit la lettre hé, comme Yochéâ reçoit un youd et devient Yehoshua, de même que David ou Pin'has.
Le middrache continue: la raison pour laquelle il est alors nommé Yitro est parce qu'il a ajouté une paracha à la Torah (en effet, la racine Yétér ou Yitro est celle du mot "en plus") comme il est dit en Chémote 18, 21: "et toi, regarde dans tout le peuple et met en évidence  des hommes de force craignant D...". 
Il est aussi appelé 'Hovav (voir Bemidbar 10, 29) parce qu'il aimait ('hovav) la Torah. (C'est la fin du middrache).
Rachi développe ce thème sur Bemidbar 26, 5 où il démontre que chaque tribu d'Israël est insérée dans les lettres du Nom divin composé de youd et du hé.

Pour comprendre le sens de ces changements de noms, reportons nous à notre étude ci-dessous sur le nom de Yehoshua.
Les sources des commentaires sur les changements de noms sont dans 
- le Béréchite Rabba montre que le changement divin dans le nom soustrait l'homme au déterminisme des planètes (44, 10-12).
- le Chémote Rabba 1, 28 indiquant que les hébreux ne changèrent pas leurs noms en Egypte.
- le Vayiqra Rabba 32, 5 développe ce point et précise pour nos générations même qu'ils ne changèrent pas Yehouda en Léon, ni Réouvéne en Rufus ni Yoseph en Lestes, ni Binyamine en Alexander. Quel enseignement pour nous tous.
- le Bemidbar Rabba 20, 22 développe encore ce thème en indiquant les autres refus de changements (langue, etc)
- le Chir ha Chirim Rabba
- le Qohéléte Rabba 5, 6 1 qui parle des changements de noms de Sara et Avraham.
Enfin, vous serez certainement très intéressé et surpris en constatant dans le Qohéléte Rabba 1, 16, 51 que des personnages de la michna essayent également comme vous de trouver le sens des êtres d'après leur nom.





Question: Est-ce qu'il est obligatoire de porter un nom hébreu?

Est-il nécessaire lors d'un évènement (Mariage, décès  etc..) de se voir attribuer un nom hébreu.

Réponse:
C'est de la plus haute importance car le nom juif est à la fois la forme interne et externe de l'identité et l'union au créateur à travers les lettres saintes de l'hébreu, dans un nom qui est un programme. Voyez pour cela tout ce qui est dit du nom en revenant à la liste générale des questions.
Ainsi, les béné Yisrael furent sauvés d'Egypte, en autres causes, parce qu'ils n'ont jamais abandonné leurs noms en hébreu.
Si vous n'avez pas de nom hébreu, suivant les coutumes, vous pouvez adopter le nom d'un des grands parents ou un autre nom qui vous relie spécialement à la famille, ou un nom qui exprime particulièrement votre destin personnel de façon positive.

Question: Le changement du nom de Yehoshua dans la Torah.

Question.
Dans la paracha Chéla'h lékha (Bemidbar 13, 16), il est dit : Moché nomma Hochéâ Bin-Noun: Yéhoshua .

Or dans la paracha Behaâlotkha, ce dernier portait déjà ce nom: vayaâne Yéhoshua Bin-Noun mécharéte Moché mibbéhourav... ; et l'explication que l'ordre chronologique des parachiyotes n'est pas respecté ne me satisfait pas. Merci de me répondre.

Réponse

1. Votre question porte sur les versets Bamidbar 13, 8 ("pour la tribu d'Ephraim, Hochéâ fils de Noun") et 13,16 ("Tels sont les noms des hommes que Moché envoya explorer la region. Moché avait nommé Hochéâ fils de Noun: Yéhochouâ").

Effectivement, reportons-nous aux chapitres qui précèdent celui-ci: les chapitres 17, ou 32 ou 33 de Chemote (l'Exode) et il est déjà nommé sous son nouveau nom Yehoshua. Donc la question est pertinente et remarquable. 

2. C'est par les questions qu'on apprend le mieux. Elle vont nous fournir deux clefs de méthode.

a) Plutôt que de donner une réponse sophistiquée, ou pleine de métaphores et de middrachim, nous devons faire comme Rachi: nous placer dans une méthode rigoureuse, comme nous le faisons sur le site chaque fois que je developpe la méthode de Rachi. Il faut regarder le contexte qui donne la solution ; nous aurons alors l'hypothèse que ce rappel du changement de nom a un sens par rapport à la question des explorateurs. 

b) il faut aller chercher la source du commentaire de Rachicar son commentaire n'est qu'un poteau indicateur ; il dit ceci sur le verset 13, 16:
hitpallel âlav ya yochiakha meatsate meraglim "Moché avait nommé Hochéâ fils de Noun:
Yehoshua. Il priait pour lui: que YA te sauve (Yiochiakha) du complot des explorateurs". 
 
 Rachi se base sur les pages 34 a et 34 b du traité Sota du Talmud qui en traitent longuement. Il y est ajouté:

"c'est pourquoi il est écrit: parce que mon serviteur Caleb a été animé d'un autre esprit". Cela nous montre que, pour réussir à ne pas tomber dans le travers des autres explorateurs, Hochéâ a reçu un élément supplémentaire, la lettre youd de son nom, et il est rappelé ici que c'est cela qui l'a sauvé. 

Pourquoi ? Il fallait qu'il soit protégé, comme son ancêtre Yossef reçut aussi le même youd pour être protégé. 

Le Targoum de Yonatane explique que l'humilité de Hochéâ aurait pu faire qu'il ne soit pas opposé aux autres explorateurs. 

Il est dit qu'il reçu cette lettre de la force du nom très élevé de Hachém qui en constitue la première partie, YA, porteuse des composantes du monde d'en haut. Il ne fallait pas moins que cela pour qu'il puisse faire face a la masse. On ne peut pas se sortir de ces situations par soi-seul, même celui qui serait doué, et même un Sage. 

J'ajoute pour faire comprendre: ainsi le juif ne fait pas seulement une libération nationale, il libère son identité nationale qui comporte à l'intérieur les lettres du nom de Hachém dans le nom yéhoudi (juif), de même que la terre d'Israël n'est aucunement une terre parmi toutes les autres ayant par hasard ce nom-là, elle a un nom qui signifie Chir El (chant de Dieu): le programme à réaliser est informé par cela et porté par cela ; en être inconscient ne change rien: car c'est cette réalité qui porte réellement le peuple de générations en générations.

Ainsi, le changement de nom a certes été fait auparavant, mais on nous rappelle qu'il visait ce moment-ci. 

De plus, cela est dit dans le verset où le mot employé est "vayiqra": reportez-vous au commentaire de la paracha Vayiqra, sur le sens de ce mot, c'est un appel plein de tendresse, et vers quelqu'un, non pas au sujet de quelqu'un: ce qui se passe-là dépasse Hocheâ, et se situe dans la sollicitude de Hachém pour son peuple. Ainsi de chacun de nous et du peuple aujourd'hui. Il faut faire entrer en jeu, dans notre compréhension, ce partenaire essentiel de l'histoire. 

Rabbénou Hayim ben Âtar (voir le lexique) écrit dans son livre Or haHayim que Moché aurait pu prier pour son disciple sans changer son nom ; mais, immédiatement, selon la méthode du contexte, vous verrez que Moché parle du nom des autres explorateurs. Il voyait donc bien en chaque nom le programme qui allait se réaliser dans la dynamique des actes de chacun, et il vit qu'il fallait mettre en oeuvre dans le nom de Hocheâ tout le potentiel dont était implicitement porteur Hocheâ ; et il le met en valeur en ce moment de l'action

Et c'est pour celui-ci, muni de toutes ses forces face aux exigences de l'heure, qu'il se doit de prier, ce qu'il fait en ce verset. Voici ce que nous apprend la tradition: nous avons donc le devoir de prier pour nos proches et pour ceux qui ont des fonctions de responsabilités, et pour tous ceux qui ont un manque. 

Et, ce dont nous avons nous-mêmes besoin ne sera exaucé que si nous le demandons pour ceux qui en manquent. 
Celui qui ne le fait pas est nommé "un pécheur".
 
Yéhoshua Ra'hamim




Question: le nouveau nom, un coup de pouce ?

(nouvelle question posée par le même lecteur)

Le changement de nom dans la tradition biblique produit un changement de cause à effet: dans le cas d'Abraham, par exemple, le changement a lieu après une série d'épreuves et ce changement est définitif. 
Apparemment, ce n'est pas toujours le cas, comme dans le changement de nom de Hocheâ à Yehoshua.
Si je comprends bien, le changement chez Yehoshua est un "coup de pouce" en quelque sorte, une manière d'éliminer les impondérables et le choix individuel quand la conquête du pays est en jeu ?

D'autre part, devrait-on voir là un enseignement valable pour les générations de l'exil et la nôtre ? Cela serait certainement en accord avec la position de Nahmanide, pour qui Israël est un commandement, et non un choix. Une opinion que d'autres sages ne partageaient pas. 

Réponse

Votre réaction nous fait parvenir à l'éclairage particulier de chacun, ce que l'on appelle le niveau middrache qui est comme 600.000 étincelles ou interprétations toutes vraies et différentes. Effectivement, ce changement de lettre dans le nom de Hochéâ-Yehoshua nous montre que la présence divine exerce une protection et une action positive qui dynamise l'homme sur sa trajectoire. 
Plus encore, cette action est continue. Ainsi, le middrache Berechite Rabba 47, 1 dit ceci: "quand il y a eu le changement du nom de Saraï en Sarah (Béréchite 17, 15), la lettre youd qui était ainsi supprimée à la fin du nom a protesté. Le Saint béni soit-il dit: tu étais à la fin du nom d'un femme et tu seras dedans le nom d'un homme Yehoshua". 
Et pour bien insister sur le fait qu'il s'agit d'un plan en développement qui va depuis Sarah jusqu'à Yehoshua, Ribbi Mana dit: elle était Saraï, la princesse de son seul peuple, et elle est devenue la princesse Sarah de toute l'humanité. 

Ainsi, nous voyons ces coups-de-pouce continus donnés par le Ciel. Et les prophètes rappellent toujours au peuple cette assurance fondamentale que Hachém mènera son projet jusqu'au bout;  j'ai traduit cette pédagogie en images sur le site Modia: 

- première phase: le don de la création où le traité 'Houline nous explique que le bleu est continu depuis la réalité de la mer jusqu'au bleu du ciel, et jusqu'à la pierre de saphir bleu qui est devant le trône de la gloire. Cela est expliqué dans le commentaire de la paracha.
Vous comprenez ainsi la tonalité bleu et lumière du site Modia.

- deuxième phase: sous cette création; j'ai placé le logo Modia constitué de la Torah car elle vient nous apprendre le mode d'emploi de cette création, 

- troisième étape: si vous cliquez sur l'image centrale de la création, vous verrez s'ouvrir les phases des prophètes qui expliquent que la présence de Hachém parmi nous et parmi Sa création fera réussir l'un et l'autre jusqu'au bout. Et cela est dit de la lune comme symbole. Je vous laisse aller regarder cela et y lire les phrases des prophètes. 

Ainsi votre remarque et vos questions ont fait expliquer ces grandes choses. Votre étonnement de voir le nom completé et, ensuite, évoquer à nouveau le souvenir de l'étape dépassée (Hochéâ) est aussi developpé dans le Middrache Rabba de Chémote (6, 1): 

La lettre youd est allé protester encore en disant: "si je suis ainsi supprimé, est-ce que toute la Torah ne risque pas d'être un jour supprimée ?" 
- Le texte la rassure et cite la mission de Yehoshua. 
- Il dit aussi que le youd de Saraï (le youd vaut 10 en hébreu) s'est changé en deux fois 5 par la lettre à la fois dans le nouveau nom de Sarah et dans le nouveau nom d'Avraham (au lieu de Avram). 

Ainsi, les pertes apparentes nous sont expliquées par la Torah comme des gestations pour le bénéfice de l'homme et de la femme. Revoyez aussi, en ce sens, sur le site Modia, cette image de la lune ouverte en cliquant sur le rond central de la page d'accueil, et ce qu'en dit le prophète Isaie dans les versets qui entourent l'image. 

Yehoshua Ra'hamim

Question: le prénom Yael

Je voudrais vous demander la signification du prénom YAEL. Merci de me répondre.

Réponse

Ce mot, transcrit en français pourrait faire croire qu'il est composé de 2 noms de Dieu (comme dans alelou"ya" et "el") mais l'écriture est différente, YAEL est composé de trois lettres: iêl (youd, ayine, laméd).

C'et le nom du bufflon (nom scientifique: capra beden), cette sorte de forte chèvre courte sur pattes avec deux immenses cornes recourbées vers l'arrière et qui vit dans les montagnes qu'elle escalade et descend à toute allure. C'est un animal de pureté, force, beauté et non agressif. Et on les voit se servir de leur cornes dans les jeux de la période des amours.

Mais c'est surtout le nom donné, à partir de tout cela, à une femme qu'on aime, (comme on dirait en français "ma gazelle, ma biche", etc.) Voyez Michlé, Proverbes 5, 19.

On voit ce nom porté par des personnages du Tanakh (Chofetim, Livre des Juges chapitres 4 et 5).
 
Comme chaque nom est aussi lié à un verset qui commence par sa première lettre et se termine par sa dernière lettre, voyez le verset des psaumes 119, 16. On dit son propre verset avant de terminer la prière dite âmida (ou des 19 bénédictions que l'on dit 3 fois par jour), pour ne pas l'oublier en liaison avec ce que Haqqaddoche Baroukh Hou nous demande pour accomplir tout notre destin et bien connaître tout notre nom, ce qui veut dire toutes nos potentialités et les réaliser avec son aide.

Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour (Dipour, en hébreu)
En hébreu, Di pour signifie " de la mitsva de pour", qui est l'abréviation de "pérou ou révou", fructifiez et multipliez. Di signifie "chel", de.

 Ici, la page des noms de familles sépharades
Retour à la page des diverses communautés
Choisir un prénom juif, selon son sens.

 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour