accès direct >>
accès direct >>
accès direct >>
accès direct >>

Rechercher ici les thèmes d'études sur le site par un catalogue de photos
Rechercher ici sur le site tout sujet ou tout mot avec Google :
Titres et fonctions de l'auteur Son Tél, Fax, e-mail, site Internet
Ses champs d'expertise L'axe de ses travaux
La publication sur le site Modia et l'importance de l'ethnopsychologie Etude, recherche et enseignement dans la Torah
Ses 11 livres Ses articles
Sur le site Modia, une publication accessible Sa recherche sur Psychologie et Téchouva
Formation épistémologique à l'étude de Rachi et du Chla Rôle du conseiller et l'ethnopsychologie
Nécessité de la création personnelle chez le chercheur Création et devenir


Documents authentiques sur la déportation
Recherche sur la lutte pour la vie

dans les camps d’internement nazis en France.
par Pr. Rav Yehoshua Rahamim  Dufour
http://www.modia.org


Mon but, comme tout le site Modia, est de vous faire vivre de l'intérieur la vie juive. Avec le coeur et le corps, et pas seulement avec la tête.

Ici l'article
illustré par ces documents.
Ils font partie d'objets, de ma collection de papiers d'identité, et environ 50 lettres écrites de Drancy.
Un morceau de barbelé qui m'a été donné par un ami déporté qui l'a enlevé en s'enfuyant du camp de concentration et l'avait gardé depuis précieusement.


En 1942, Nicole Gompers (qui deviendra mon épouse) rend visite à son père Sylvain et à son frère François placés dans le camp d'internement italien près de Nice et leur apporte de la nourriture. Elle se lie avec ce groupe de jeunes Juifs non français regroupés là. Stupéfaction réciproque, ils ne la croyaient pas juive puisque leur langue était le yiddish dont elle ne comprenait pas un mot. Première découverte de cet univers. Il est probable que tous ont péri par les bons soins de la police française qui les a livrés aux Nazis. (voir l'article).



Fausse carte d'identité de Nicole Gompers réalisée en 1944 (on gardait toujours l'initiale du nom de famille pour ne pas bafouiller en cas d'interrogatoire) pour ne pas être arrêtée. Antidatée, elle est réalisée avec perfection même dans l'apparence d'usage.
On remarquera la volonté rageuse du visage (je pleure en l'écrivant) car cette pièce fut réalisée après l'arrestation de ses parents et de son frère. Elle était cachée chez des amis mais comprenait qu'elle était recherchée même par les voisins et quitta ce refuge après trois semaines. J'ai retrouvé ces lieux et personnages. J'ai proposé à l'un un voyage en Israël, il a accepté, à mes frais voyage et hôtel et lui ai envoyé le ticket mais il a prétexté divers motifs le jour du départ pour ne pas venir; j'ai découvert là l'ambiguité des sauvetages et les culpabilités. Quand mon épouse m'a emmené sur les lieux, elle n'a pas voulu revoir les personnes.
Celui qui a réalisé ces cartes faisait partie du réseau de résistance avec François. Il a été arrêté après la réalisation de cette carte, torturé et y a laissé sa vie.


Fausse carte d'alimentation parfaite également (car elle ne pouvait pas aller en chercher d'authentique)
Tout cela réalisé avec des moyens de fortune.

Nicole savait par son frère qu'il y avait des maquis de résistance dans les Alpes.
Enfant timide elle a réagi avec détermination de combattre l'ennemi nazi.
Bien que recherchée, elles'est enfuie seule depuis Monaco et a recherché ces maquis qu'elle a trouvé dans le Vercors, où elle a été engagée comme agent de liaison entre les groupes. Elle y a passé le temps jusqu'à ce que l'armée provisoire de De Gaulle passe par là en intègre ce qui restait de ces maquis. Elle a lutté pour être engagée bien que mineure et y a réussi avec ce statut particulier.
Dès la libération, elle travailla pendant une période à la constitution des premiers dossiers sur les criminels nazis, avant de s'orienter ensuite vers la psychologie. Femmes fortes d'Israël comme Myriam, Yéhoudit, etc.

Documents concernant Yvonne Lehmann, épouse de Claude Chéreau, la tante de Nicole qui, elle,
est parvenue à sortir de Drancy par une intelligence et une obstination incroyables dont je fais tout le récit
que j'ai pu recomposer à partir de cette collection de lettres et des témoignages de mon épouse.
Femme d'artiste depuis sa jeunesse qui faisait partie de la bohème des années 1910-30, bien que resté pauvre,
il connaissait le tout-Paris et en 1940-43 il connaissait les grands collaborateurs des Allemands dans les cocktails d'exposition
avant que les rafles n'arrivent. Stupéfiante, elle choisit d'utiliser ce réseau pour se faire libérer; c'était se mettre dans la gueule du loup.
Mais elle avait vu qu'il y avait quelques libérations au compte-goutte avec la collaboration de la Croix-rouge
pour faire croire à des mesures humanitaires et, perdue pour perdue, elle joua cette carte et gagna en envoyant son mari
plaider pour elle jusqu'à Darquier de Pellepoix. Ils mirent à la porte cette "folle". Le Roi David avait déjà joué la folie devant le Roi Saül.

Elle a compris qu'il est possible de prendre une fonction à drancy qui permettre d'être sur place le plus longtemps possible
et elle a réussi à se faire nommer au service du linge qui traite également le courrier et parvint ainsi à recevoir et envoyer
des lettres à son mari que j'ai toutes reçues ensuite de lui. Voici cet organigramme, où nombre de ces personnes, ont survécu et
ont tenu également des responsabilités dans la communauté retrouvée:


Carte postale anonyme, probablement d'un gardien du camp de Drancy qui demande au mari de Yvonne d'être plus prudent car leur comportement est repéré.



Madame prend des risques immenses en parvenant à envoyer une carte non fermée, en "pneumatique"
fatalement lu par les services de sécurité.

Au dos, elle écrit à découvert: "Mon Clo chéri. Je t'écris en toute hâte. Je n'ai pas reçu ton certificat de non appartenance à la race juive et c'est si urgent que je suis inquiète. C'est la seule chose qui puisse me sauver de grands dangers. Je ne sais si tu connais ces dangers mon chéri mais on ne peu plus réel et imminent. Aussi je compte que tu feras très vite faire un certificat provisoire au vu de tes pièces... Il faut que tu viennes toi-même (ndlr; folie) au camp me le porter au plus tard mardi dans l'après -midi (elle semble très informée sur les décisions concernant son départ. Tu n'as pas l'air de savoir combien tout cela est urgent (souligné). C'est la seule planche de salut actuellement... Dieu fasse que tu puisses réussir"...

Il faut cela pour se rendre compte que les règles normales ne jouent plus, face à la mort programmée.
Placez-vous avec la personne qui écrit cette lettre, et avec les personnages autour. Dans cette réalité.

La majeure partie des lettres sont écrites sur un papiers très fin, traansparent, écrit des deux côtés, fragile, ce qui tombait sous la main.
Cette lettre-ci exige du mari de plonger dans l'enfer pour la sauver. Elle l'envoie chez des collaborateurs des Allemands qu'ils ont aperçus dans de expositions et elle veut atteindre ainsi directement... le responsable de tout cela Darquier de Pellepoix, comme Moché n'hésita pas (sur ordre, lui) à aller affronter Pharaon soi-même pour lui dire de libérer les Hébreux. Une audace identique mais uniquement sans audition de la voix de Hachém. Imaginez la stupéfaction du mari qui reçoit cette lettre. Il n'ira pas en ce sens, et elle le poursuivra dans les lettres suivantes avec une angoisse réelle devant la chambrée qui se vide. Et ses lettres montrent que l'on savait très que l'on vous envoyait à la mort. Finalement il ira, Darquier le renverra poliment en disant qu'il n'est pour rien en tout cela mais on la mettra dehors car elle casse tout le jeu bien rôdé. Elle sortira et ils disparaîtront jusqu'à la libération de la guerre. Hélas sa soeur Renée, mère de Nicole, son mari et son fils François ne parviendront pas à y échapper.
"Il me semble que si Millot (apparemment un notaire de Versailles d'après les autres lettres) voulait t'accompagner chez Darquier actuellement tu pourrais obtenir quelque chose pour moi puisque tu as ton certificat de non appartenance maintenant"
Ici, il faut comprendre combien cette femme avait besoin de médicaments puissants pour maintenait en force son ego; très "parisienne" jusqu'au bout des ongles, elle le trouve dans les produits de beauté les plus divers dont elle exige de son mari de les lui faire parvenir en le camouflant dans des colis de linge deux fois par semaine. Il lui faut les plus beaux produits des plus grandes marques (Guerlin, Chanel, Arden, etc). Il faut bine comprendre qu'ils sont l'image de l'excellence de soi qu'elle veut garder intacte. Une thérapeutique psychologique inouï, et réussi. Quand on pense qu'elle organisa une chorale d'opéra dans sa chambrée de paille, parmi ses "compagnes" comme disait cette parisienne des beaux quartiers qui l'adoraient car elle leur faisait vivre un beau rêve dans cet enfer. Bien plus, elle exige des on mari de maintenir en ordre la maison, de faire nettoyer les habits. Elle gère tout le monde, les voisins, rappelle les adresse pour rester mentallement dans la vie normale extérieure. Tout cela l'a sauvé. Grâce à D.ieu.
J'ai retrouvé certains de ces traits chez mon épouse... qui devint psychanalyste et qui savait garder l'esprit et la plaisanterie dans les circonstances difficiles. J'ai une lettre d'elle où elle décrit sa soirée à des amis après la libération et surtout après la certitude que ses parents ont été exterminés: invitée à Paris chez des relations elle constate que ces personnages sont tous antisémites et passent la soirée à médire des Juifs. Tout ce qu'elle en dit: "c'était très drôle de voir ce spectacle". Elle avait réussi à maintenir sa stabilité, et à ne perdre aucune force ni en les attaquant ni en se défendant, mais elle reforçait simplement son bouclier protecteur en trouvant ce spectacle amusant, stupide. Et sortait intégrale. Tout en vivant sa vie selon ses valeurs... jusqu'à Jérusalem


Pour situer l'environnement, il faut comprendre le véritable rapport des forces:

Voici le reçu de la prise sur le corps de Renée Gompers par ces voleurs les gendarmes français:

J'ai photocopié directement sur l'original.
Civilisation de la propreté et de l'exactitude qui n'est qu'une pourriture morale.
Comme elle s'indigne aujourd'hui même quand nous liquidons un pédiatre terroriste tuant des centaines d'enfants juifs.
Jamais nous n'oublierons tout cela. C'est un présent constant qui, hélas, est identique chez eux.



Voici comment cela s'est terminé pour sa soeur et Sylvain et François:
Les gendarmes français tapent proprement et lisiblement n'est-ce pas, en faisant du bout du doigt un intervalle entre chaque lettre pour que leursz amis allemands n'aient aucune difficulté à lire quand on leur remet cette liste en leur livrant tout le groupe un instant avant de le faire monter dans le wagon. Nous sommes ce matin du 27 mars 1944.
Et en écrivant pour vous cela, je découvre ce que je n'avais pas remarqué: le nom de Ackermann Théodore de Strasbourg. Je téléphone à Théo mon ami, à Jérusalem, qui me confirme que c'est effectivement son Grand-père. Emotion. Il ne le savait pas, je lui donne les précisions; et (larmes) nous découvrons que son grand-père était dans le même wagon que les parents de mon épouse. Maintenant nous sommes dans le même territoire aussi mais à Jérusalem à quelques pas les uns des autres aussi. D.ieu soit loué et qcela par leur mérite uniquement. Que ce soit signe de salut pour tout Israël.

Trop tard, les gendarmes français ont remis leur liste aux collègues allemands devant le wagon sur le quai, on vérifie bien que l'autre liste traduite en allemand correspond, avec les professions car on pourra peut-être les utiliser à l'arrivée; voici leur numéro matricule, on fait de la traduction: Sylvain devient 17129, Renée 17130 (au moins ils restent ensemble), François 17131.

La détresse infernale: lisez cet autre document de Drancy (aujourd'hui au Mémorial juif à Paris):


Ils ne furent pas seuls: voici un dessin réalisé en 1990 par Nicole, veillant son Papa malade à Auschwitz. Dessin d'enfant qui apporte la lumière dans ce monde d'horreur qu'est notre génération.

Il n'y a pas d'avant et d'après dans la Torah: a posteriori, notre amour pour ces saints qédochim ne leur a pas été donné en vain.

Et ce monde n'a fait aucun progrès depuis, sinon dans le mensonge plus sophistiqué des idéologies de camouflage ou du journaliste de camouflage ou des religion de camouflage de la cruauté.

Pensons aussi aux victimes du 3e génocide du siecle, celui du Rwanda, environ un million de victimes ou la culpabilité de la France éclate et devient l'objet d'un débat qui éclabousse aussi bien la droite que la gauche francaise:
l'explication:
Comme en Europe l'enseignement religieux chrétien contre les Juifs a préparé de siècle en siècle Auschwitz, au Rwanda les missionnaires ont détruit la société traditionnelle et préparé les haines sociales. Ce même mécanisme rappelle aussi le génocide qui eut lieu en Haïti à l'arrive des colons.
http://www.unesco.org/courier/1999_12/fr/dossier/intro08.htm
les faits:
http://www.hrw.org/french/reports/rw94/rwandamai94.htm
http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=7705&Cr=Rwanda&Cr1=
les accusateurs:
http://www.lepoint.fr/monde/document.html?did=145324
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-360346,0.html
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3212,36-360392,0.html
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/ete2003/rwanda/presentation.php
http://www.arenes.fr/livres/page-livre1.php?numero_livre=103&num_page=335
les défenseurs et négationnistes:
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3210,36-361502,0.html

Que nous reste-t'il d'avoir traversé cela? De traverser encore cela?

1. Nous sommes venus à Jérusalem, victoire des générations, c'est par eux que nous avons fait ce parcours et avons eu le courage de revenir. Et nous avons mis leur mémorial à Jérusalem, sur leur terre. Ainsi les nazis et collaborateurs français ne les ont pas anéantis en Europe.

2. Par eux, nous avons découvert la Torah. Voici des notes d'étude de Nicole Yémima sur la Michna:
elle y parle du rôle de l'homme et de la femme et de la famille comme base de la société. Tout est revu dans la Torah. Cela vient du mérite de la génération précédente. Nous y avons seulement été fidèle à la graine qu'ils ont semée.


Voici une page de guémara qu'elle étudiait avec beaucoup plus de facilités que moi, assise simplement sur le canapé.
Quand je voyais cela, je ne pensais pas à elle seulement, mais qu'elle représentait toutes ses générations où il y a eu des Sages et des simples et qu'elle les amenait tous ainsi à Jérusalem. Elle était leur victoire, signification du nom Nicole en grec.


3. Le lien de ces siècles en Europe et ce retour où nous pourrions à tort n'y voir qu'un itinéraire personnel,
il m'a été donné de le comprendre par un fait surprenant: je lui ai dessiné un paysage imaginaire de Jérusalem
un peu avant son décès pour la consoler de son éloignement. Ensuite, lors de son décès, des amis ont réservé un lieu pour sa tombe sans que nous sachions où ce serait. Le lendemain de l'enterrement, je découvrais avec stupeur que ce lieu où je n'étais jamais allé était l'exacte configuration dessinée. Ces moments nous dépassent mais nous montrent que l'Europe et Jérusalem étaient dans les mêmes coeurs en évolution depuis des siècles.

Nous ne sommes qu'un maillon dans la chaîne des générations et devons y assumer d'accomplir le rôle qui nous est donné.
Nous ne savons pas le millième de ce que nous sommes et représentons. Il faut assumer.
Sans elle, sans eux, sans beaucoup d'autres, jamais nous n'aurions pu rediffuser la Torah ainsi depuis Jérusalem.
Car de Sion sort la Torah et de Jérusalem la parole de Hachém, disent nos textes.
Il n'y a aucun échec des générations; la cruauté des autres comme la dureté d'un hiver n'a pas pu empêcher la graine de germer au printemps.
Mais, au moins, ce n'est pas à nous maintenant, de dédaigner cette moisson qui est montée.
Hélas, nombreux sont ceux qui occupent leurs forces maintenant à détruire,
au même rythme que le monde est repris à nouveau par une folie de haine et de destruction.
Au moins, soyons dignes, soyons présents et non lâches aux heures où les enjeux sont clairs quand on professe notre adhésion à la Torah.

Le prix a été trop lourd pour que fassions comme si rien ne s'était passé et que l'on rejoue encore à la vie d'aisance culturelle comme ce fut le cas dans l'Allemagne du 19e siècle.
Nous savons. Maâssé avote simane la banim, les actes des Pères sont un enseignement pour que les enfants agissent.

Suite: http://www.modia.org/publications/drancyletr2.html

--