Poèmes  -  Poems

Pictures of  the artist Roee Suffrin. Texts, poems and photos: Dufour Copyright

 

I said a work is a mutation. Rochelle Owens.  1988.

Return Home page

___________________________________________________

 

 

1. Question. Pourquoi tant d'amour dans ces poèmes écrits ci-dessous en anglais, en français et en farsi, à propos de peinture, et à partir de cette source que sont des peintures et à partir de ces peintures?

2. C'est que les vrais peintres rejoignent -comme Bétsalel- ces instants où, au Sinaï, "tout le peuple a vu les voix (Chémote, Exode 20,18)".
Et le peintre est quelque peu
capable de réouvrir ces canaux s'il est un "vrai" peintre (voyez les pensées sur l'art de la part de grands. Lien ici).

3. Pour le spectateur, il nous est possible de recevoir ce flux à notre tour, si nous autorisons notre
intériorité à vivre et à résonner face aux tableaux.
Alors, quotidiennement avec ces tableaux, nous vivons plus facilement le verset des psaumes (16,8):
"Je me suis représenté Hachém devant moi toujours,
Chiviti Hachém lé negdi tamid".


4. Donc, ces poèmes d'amour présentés sur cette page ne s'adressent ni aux toiles, ni à l'auteur (ce serait de l'idolâtrie) mais à
la vie créatrice du Créateur, présente et puissamment véhiculée jusqu'à nous en l'intériorité de ces rencontres.
De telles oeuvres d'art de Betsalel sont
sans prix.


5. Elles sont l'oeuvre et la présence de ceux que la Torah nomme alors, "'hakham lév, sage de coeur" (Torah. Exode, Chémote 31,6 - 35,10 - et surtout Chémote 36,1 qui mandate de tels peintres et artistes d'agir pour le bien du peuple: "Donc Bétsalel et Oholiav et tout homme Sage de Coeur à qui Hachém a donné la sagesse et la compréhension pour connaître, faire tout le travail saint vers tout ce que Hachém a ordonné". Et c'est ainsi, que selon Chémote 36,8 :"tout Sage de coeur accomplirent le travail du Sanctuaire, fabrique des tapis de lin et d'azur, de pourpre et d'écarlate, décorés de deux chérubins, oeuvre de création attentive et réussie ('hochév) les a réalisés"). Cela est si important que les Proverbes (Michlé 10,8) disent que ce Sage de coeur, dans sa sagesse "
prend" la mistva de cela.

6. Ce rôle est si grand que Job utilise ces mêmes termes pour qualifier la sagesse créatrice du Créateur du monde (9,4): " Lui, sage de coeur et courageusement puissant, qui se permettrait de le contester et s'en trouverait épanoui"? Un vrai peintre nous rappelle notre essence, existentiellement: "Bé Tsélem Eloqim âssa ét haadam. C'est à l'image de D.ieu qu'Il a fait l'homme, ét: de la première lettre alef jusque la dernière lettre tav" (Genèse, Béréchite 9,6).


Angle1


LIENS DIRECTS

Poèmes en français, ayant sens devant les toiles de Roee Suffrin
by Prof. Rav Yehoshua Rahamim Dufour

 

- J'étais avec Toi au bord de la mer d'amour

- Les tableaux de Roee Suffrin nous interpellent

- Les bêtes et les prophètes

- Israël, tu dois être lune

- Mon amour pour toi

- Oh! Le regard

- Jetu m'aimes

- Esther



 


DIRECT LINKS

Poems in english: encounter between the perception of the artist and that of the spectator,
by Prof. Rav Yehoshua Rahamim Dufour

 

 

- Israel, you must be moon

- I was with You at the edge of the sea of love.

- Les tableaux de Roee Suffrin nous interpellent

- Beasts and prophets

- My love for you

- Oh! The gaze

- I-you love me

 

Angle1


DIRECT LINKS

Poèmes en farsi
Poems: encounter between the perception of the artist and that of the spectator,
by Prof. Rav Yehoshua Rahamim Dufour

 

- Ba to labé darya-yé esgh boudam. (I was with You at the edge of the sea of love)

- Ba to labé darya-yé esgh boudam. (transliteration)

- Israïl, to bâyad mâh bâchi. (Israel, you must be moon)

- Esgh man be to (My love for you)

- Esgh man be to (transliteration)

 

 

___________________________________________________

 

Poèmes  -Poems

 

 


Les tableaux de Roee Suffrin nous interpellent

 

Les tableaux de Roee Suffrin nous interpellent

entre lumière et ténèbres

Les hommes, pas les humains, aiment la guerre.

Ils adorent les machines militaires.

A leurs enfants, les jeux qui tuent ils apprennent.

Ils veulent qu'ils soient de brillants tueurs à la pelle.

Rien que cela dans l'univers.

Toute la politique tourne autour de la guerre.

Ils n'ont aucune opposition des leaders spirituels.

Ce sont des hommes eux-mêmes.

Les femmes sont dans le cauchemar, elles aussi ils les abiment et les blessent.

Dans la mécanique de la gestion de la guerre ils les enferment.

Elles ont une consigne: travailler vite, s'enfermer, se tourner le dos et se taire.

 

 

 

Elles doivent comprendre: qu'elles disparaissent.

Roee Suffrin, le peintre, entre au milieu de cette fête.

Sur la toile, leurs grimaces et leurs jeux sont à découverts.

Ces tueurs s'imaginent plus grands que le Ciel.

C'est de l'art pour eux leur force, leur vitesse.

Artistes, mettez en valeur l'abstrait magnifique de nos guerres.

Les lignes, fusent, explosent, s'entremellent.

Une seule lumière

reste,

préserve,

protège:

la femme pure, belle, certaine.

Son existence sereine est antithèse.

Sa beauté est leur échec.

elle reste divine et solitaire.

Le peintre l'aime.

Lui et elle sont deux prophètes.

 

 

___________________________________________________


The paintings of Roee Suffrin interrogate us


The paintings of Roee Suffrin interrogate us
Between light and darkness.
Men, not humans, like war.
They love war machines.
They teach their children war games.
They want them to be great killers.
Nothing but this in the universe.
All politics center on war.
With no opposition by spiritual leaders,
For they too are men.

Women live a life of torture:
men wound and ruin them too.
They imprison them in the mechanics of war management.
They tell them: work fast, stay locked up, turn your backs, and shut up.
Understand that you must: “be silent and disappear!”

 


Roee Suffrin, the painter, enters in the midst of this party.
On the canvas, their grimaces and games are revealed.
These killers imagine themselves greater than Heaven.
Their strength, their speed are their art.

Artists, depict the magnificent abstract beauty of our wars.
Pure art, if you please, without human beings.
The strokes fuse, explode and become entangled.

One sole light remains, preserves, protects, pure, beautiful, solid woman.
Her serene existence is their antithesis.
Her beauty is their failure.
She remains divine and solitary.
The painter loves her.
He and she are two prophets.

 

 


___________________________________________________


Oh! Le regard

 

1
Oh! Le regard

devient rencontre céleste,

prière parfaite,

quotidien divin,

pureté directe.

Il y a l’être,

pas besoin de plaire.

Pas de mots pour dire,

la rencontre est parfaite.

Tout est ici, j’oublie le reste.

 

2
La seconde vie est ici,

baiser éternel

dans la multiplicité

multidimentionnelle.

Tu m’as donné

-peintre enfant éternel-

le miroir de l’immensité

en chaque couleur

en chaque trait.

 

 

 

 

3
Je ne pourrai plus oublier

que tes tableaux

en moi existent

partout où j’allais,

partout où le monde existe.

Tout regard désormais

reste illuminé.

Celui qui me l’a révélé,

s’il n’est pas prophète,

il est Juif et m’a donné

le lien universel

et le regard qui sait.


4
Tout être est noblesse

désormais.

Tout regard est intimité

et majesté.

La vie n’est plus oubliée,

Les yeux restent écarquillés

sur le bonheur révélé.

 

5
Le peintre a travaillé

son tableau. J’ai acheté,

j’ai acquis l’éternité.

Le paradis reste révélé,

il anime l’intimité

secrète de ma maison renouvelée.

Heureux enfants juifs

de ce peintre modeste

fils de grands prophètes.

Dès la naissance

il leur transmet

tout le fleuve d’éternité.


6
Mon tableau acheté

est une famille

éternelle depuis Béreshit.

Ici Dieu est vérité,

pas de séduction faussée.

La romance est constante,

respiration parfumée.

 

7
Seule, une telle oeuvre,

un roi, une reine

pourront l’acheter.

Ce n’est pas un tableau décoré,

c’est le don parfait

de l’art de contempler,

les espoirs rencontrés,

la contemplation donnée.

J’ai acheté la respiration

qui ne pourra pas s’oublier.

Lui avait travaillé

pour y arriver.

Il me l’a prêté.

 

8
Hafez, l’incomparable persan

t’avait en Iran formé:

Sois rebelle, disait-il, et reconnaissant

bois le vin de l’humanité.

Sois la perle qui est capable infiniment

de recevoir toute la lumière donnée.

 

Et Saadi t’a si bien dit

que tous les humains sont seule unité

alors tu as partagé

avec tous en simplicité,

sans jamais tricher,

en dignité, en vérité,

les roses du Jardin des félicités

que tes ancêtres t’avaient glissé.


Saadi t’avait révélé

que la respiration est bénédiction renouvelée,

Betsalel perpétué

et tu nous l’as dessiné

dans le tableau du couple

au chofar sonné,

et dans celui des générations qui marchent

par la Torah soulevés.

Comme ton tableau, les enfants

que nous faisons

dans le peuple qui voit les voix

plus loin encore nous montreront.

Le paradis est ici.

Roee Suffrin, merci.

___________________________________________________


Oh! The gaze

 

Exhibition of paintings by Roee Suffrin
On display for one year in my home.
Yehoshua Rahamim Dufour.

Poem by the scribe, your servant
who recorded the spontaneous words
expressed by visitors as they stood
before the painting of Roee Suffrin:
words whispered in confidence,
uncontrolled and uncontrollable.
With these words, the visitors,
all without exception,
and at each occasion,
discovered in his works,
the experience of a great painter,
his gaze, his inner life
projected on a canvas which speaks and looks at them.
On each occasion, I recorded the words
that soared, from their hearts, before me.

1
Oh, the gaze
becomes a celestial encounter,
perfect prayer,
purity direct.
This is the essence,
no need to please.
No words to express,
the encounter is perfect.
Everything is here, I forget the rest.

2
The second life is here,
eternal embrace
in a multidimensional
multiplicity.
You
painter-eternal-child
gave me
the mirror of infinity
in every color
in every stroke.

 

 

 

3
I will no longer be able to forget
that the paintings
exist within me
wherever I go,
wherever the world exists.
Henceforth, every gaze
is a gaze that shines.
He who revealed this to me,
if he is not a prophet,
he is Jewish, he gave me
the universal connection
and the gaze that knows.

4
Every being is nobility
henceforth.
Every gaze is intimacy
and majesty.
Life is no longer forgotten.
Eyes stare wide-eyed
at happiness revealed.

5
The painter labored at
his painting. I purchased it.
I acquired eternity.
Paradise is revealed,
Inhabiting the secret
intimacy of my house renewed.
Happy Jewish children
of this modest painter,
son of great prophets.
From birth,
he transmits to them
the river of eternity.

6
My acquired painting
is an eternal family
dating back to Bereshit.
Here God is truth,
There is no false seduction.
The romance is constant,
breath perfumed.

7
Such a work, only
a king, a queen
can buy.
It is not a decorative work,
it is the perfect gift
in the art of contemplating
hopes discovered
in contemplation given.
I bought a breath
that cannot be forgotten.
He labored
to achieve it.
He lent it to me.

8
Hafez, the inimitable Persian
trained you in Iran:
be a rebel, he said, and be grateful,
drink the wine of humanity.
Be the pearl infinitely capable
of receiving the light that is given.

And Saadi told you so wisely
that all humans are one entity
so modestly you shared
with everyone
without ever cheating,
with dignity, and truth,
the roses of the Garden of happiness
which your ancestors bequeathed to you.

Saadi revealed to you
that respiration is a blessing renewed,
Bezalel perpetuated
and you depicted it for us
in the painting of the two figures
sounding of the shofar
and in the painting of generations marching
sustained by the Torah.

Like your painting, the children
whom we beget,
among a people who see voices,
will reveal to us even more.

Paradise is here.
Roee Suffrin – thank you.

 


___________________________________________________




Jetu m'aimes


- Je t'aime, dit l'oiseau à la fleur.

* Tu m'aimes, que c'est bon à entendre!
mais comment peux-tu m'aimer sans me connaître?

- Je te connais;
tu es l'une des belles du jardin.

 



* Tu m'aimes parce que je ressemble à d'autres,
comme à des images belles.

 


Et dès que tu verras une autre belle
tu me quitteras.
Tu vas ainsi de belle en belle.

- J'aime ta beauté.

 



* Je ne suis pas cette beauté,
je suis moi-même.
Et tu ne sais pas si mon moi-même
est aussi belle que les images que tu aimes.
Es-tu beau en toi-même?

- Prête-moi tes prunelles
et je me regarderai dans ton eau claire.

* Es-tu sûr qu'elle est assez pure?

- Regarde-la au fond de mes prunelles.

* Comment saurais-je si c'est toi
ou moi ou le reflet du ciel?

- Sache le bien,
le monde est nuit totalement obscure,
même de jour,
et si je suis ta lumière,
et si tu es ma lumière,
nous allumerons la pleine lune et ferons briller tout l'univers.

* Ou tu sais parler à merveille,
ou tu es le secret de tout mon être.

- Tu doutes de moi, si belle,
mais bien moins que moi je doute de moi-même, sois-en certaine.
Quand je te vois, je doute
que je suis muni d'ailes.
Je préfère tes pétales de respiration aérienne.

*- Une chose est certaine,
toi et moi nous sommes le même.

 

 


___________________________________________________


I-you love me

 

- I love you, says the bird to the flower.

* You love me, how good it is to hear!
But how can you love me without knowing me?

- I know you:
You are one of the beauties in the garden.

 

* You love me because I look like others,
like pretty pictures.


But as soon as you will see another beauty,
you will leave me.
You will jump from beauty to beauty.

- I love your beauty.

* But I am not that beauty,
I am myself.
And you do not know whether my real me
is as beautiful as the images you admire.
Are you beautiful in your inner self?

- Lend me your pupils
and I shall look at myself in your clear water.


* Are you sure that it is pure enough?

- Look at it deep within my pupils.

* How will I know if it is you
or me or the reflection of the sky?

- Know it well,
the world is night, complete darkness,
even in the day,
but if I am your light,
and if you are my light,
we shall light up the full moon and make the universe shine.

* Or you know how to speak beautifully,
or you are the secret of my whole being.

- You doubt me, my beauty,
But I doubt myself even more, be sure of that.
When I see you, I begin to doubt
that I am armed with wings.
I prefer your aerial-like petals.

*- One thing is certain, you and I are the same.

 

 

 

___________________________________________________


Les bêtes et les prophètes

Le renard s'approcha du lion.

Il marchait sur ses pattes de derrière

et les deux pattes-avant tendues vers le Ciel.

Il criait: "Je suis Le Prophète!".

Le lion, stupéfait d'un tel être,

ne pensa même pas à lui broyer la tête

et se dit: "c'est un spectacle exceptionnel !".

Le renard, en transe, hurla vers le ciel:

"Y a t'il ici le meilleur de la planète,

le plus fort, le plus noble et celui qu'on respecte?".

Le lion, profondément flatté se dit en lui-même:

"Qui mieux que moi peut recevoir un Prophète?".

- "Assieds-toi devant moi, à t'écouter mon oreille est prête".

Le renard se tint droit, hochant de la tête:

- "J'ai un message puissant, redoutable et céleste.

Celui qui peut le recevoir devra passer un test:

Offrir un sacrifice à la taille de l'univers

avant que le secret je puisse le lui transmettre".

Le lion, flatté qu'autant on le respecte

au niveau  de sa puissance sur tous les êtres:

- "Parle, dit-il, ce que tu demanderas, je l'accepte".

- "Donne-moi 300 moutons et 400 chèvres".

- "Les voici". - Le renard: "M'accorderas-tu ma dernière requête?".

- "Mais puisqu'elle est divine, entièrement je l'accepte".

- "Si tu l'accomplis, tu seras le roi de l'univers,

tes louanges seront éternelles, de siècle en siècle.

Mais si tu te reprends, tu deviendras tourterelle".

Le lion fut pris d'effroi et se prosterneras par terre.

- "Parle, dit-il, ton serviteur te respecte.

Je n'ai qu'une parole ou deviendrai tourterelle".

Il tremblait comme un buisson sous la tempête.

- "Donne au ciel à travers moi tes richesses secrètes

et le mirage continuera, personne ne verra la vérité réelle:

tu n'es pas lion mais tu es tourterelle.

Et tu devras m'apporter chaque mois 300 moutons et 400 chèvres".

- " Je le ferai, dit le lion, parole de tourterelle".

- "Alors, dit le renard,  viendra le sauveur de tous les êtres.

Il te désignera comme le Roi des Rois, le mélékh.

Et moi, je serai près de toi plus que tes deux prunelles".

Le lion s'extasia, remercia le ciel et dit: "J'accepte".

Il se prosterna, attendant que le renard lui dise: "Relève".

De derrière les buissons surgirent les autres de la secte,

ils l'étranglèrent, s'en repurent et firent la fête.

Et ils chantèrent: "Merci, Créateur de l'univers.

Tu as créé l'imagination, la religion, les sectes,

l'absurdité, la stupidité, et nous les gangsters,

c'était ta volonté depuis la Création de l'univers.

Nous sommes les enseignants, les rois, les prêtres.

Bubons, buvons, faisons la fête".

Ils n'avaient pas vu: derrière

les buissons arrivaient des panthères.

Elles se mirent tout autour, en cercle

et crièrent: "Nous sommes les derniers prophètes"...

De très loin, le peintre a peint toute la scène.


Il maintenait le monde dans la lumière.

 

 

___________________________________________________


Beasts and Prophets

The fox drew close to the lion.
Walking on his hind legs,
his two front legs stretched towards Heaven,
he cried out: “I am the Prophet!”

The lion, astounded at such a creature,
did not even consider tearing him asunder,
thinking to himself: “this is a wondrous sight!”
The fox, in a trance, cried out to Heaven:

“Is there here the best of the universe,
The strongest, the noblest, the one we respect?”
The lion, deeply flattered, said to himself:
“Who better than I to receive a Prophet?”

 

 

“Sit before me, my ears are all yours.”
The fox stood erect, nodding his head:
“I bear a powerful, awesome and celestial message.
He who will receive it must pass a test

And offer a sacrifice that matches the universe
before I can transmit to him the secret.”
The lion, flattered by the respect accorded
to his power over all creatures.

“Speak,” he said. “what you ask for, I accept.”
“Give me 300 lambs and 400 goats.”
“Here they are.” The fox: “Will you grant me a last request?”
“Since it is divine, I do so totally.”

“If you accomplish it, you will be king of the universe,
your praises will be eternal, from generation to generation.
But if you do not, you will turn into a turtledove.”
The lion was terror-stricken and prostrated himself on the ground.

“Speak,” he said. “Your servant accords his respects.
My word is sacred or I will become a turtledove.”
He trembled like a bush in a storm.
“Give to Heaven, through me, your secret riches

and the mirage will continue, no one will know the real truth:
you are not a lion but a turtledove.
And you will have to bring me every month 300 lambs and 400 goats.”
“I will do it,” said the lion, “upon the word of turtledove.”

“Then,” said the fox, “the savior of all creatures will arrive.
He will name you King of Kings, melekh.
And I shall be near you, closer than your two eyes.”
The lion was in ecstasy, thanked Heaven and said: “I accept.”

 

 

He prostrated himself, waiting for the fox to say: “Rise.”
Then, from behind the bushes, sprung the members of the sect.
They strangled him and feasted upon him. .
And they said: “Thank you, Creator of the universe.

You created imagination, religion, sects,
absurdness, stupidity, and us gangsters.
This was your will since the Creation of the universe.
We are teachers, kings, priests.

 

 

 

Let us drink, drink, and feast.”
They did not see that behind the bushes
The panthers had arrived.
They stood round him in a circle
and cried out: “We are the last prophets.”…

 

 

From far away, the painter painted the scene,


sustaining the world in light.

 

 

 

___________________________________________________


J'étais avec toi


J'étais avec Toi au bord de la mer d'amour.
Il n'y avait plus de secrets entre Toi, les vagues et mon aimée.
Les enfants, les planètes jouaient ensemble en harmonie


 

et, soudain, Tu as brisé jusqu'à la moelle toute mon assurance.
J'étais un corps mort et souffrant en Ta présence.

 

 

 

J'ai regardé. Tu étais là et Tu m'as redonné
le secret caché dans le secret. Même l'univers ne le connait pas.

 

 

 

Tu nous as sorti du Jardin d'Eden et du Palais d'Amour
et nous étions "un" ensemble en respiration immense.

 

Même le corps ne comprend pas encore tout le parfum de cette nouvelle fleur.

Elle illumine de douceurs nuit et jour
mais , seuls, peuvent la connaître les purs et les prophètes.

Enfin, le moment-commencement-béréchit est devenu éternel et bon



par Toi...


 

___________________________________________________

 

(Voici, en farsi, ce même poème "J'étais avec Toi"
en hommage au triangle saint et éternel d'Esther, du Roi des Rois et du Créateur.
Que cela se vive chaque année entre l'Iran et Israël,
relation unique qu'il n'y a eu entre aucun autre peuple et celui d'Israël.
Au Temple de Jérusalem, une plaque demandait à chaque pélerin qu'il se souvienne de cela et qu'il en rende hommage et remerciements au Créateur et au peuple de Perse )

(Here is the poem “I was with you” in Persian.
A tribute to the holy, eternal triangle of Esther, the King of Kings and the
Creator.
May it exist every year between Iran and Israel,
a unique relationship, which no other nation has had with
Israel.
In the Temple of Jerusalem, a plaque instructed every pilgrim to
remember this relationship and pay homage and thanks to the
Creator and the nation of Persia.)

(Traduction Dina Ahdout)

Transliteration of the poem (farsi, persian language):

Ba to labé darya ye eshgh boudam.

 


Ba to labé daryâ ye eshgh boudam
Hanuz beine to va amvâdjé va béiné deldâré man râzi naboud.
Batshéhâ va sayârat vâham bé ham hanagiyé kâmél bâzi mikardand.

Nâgahân bâ zarbé yé mohkék ké tâ maqzé ostokhânam réssid bâvaré marâ dar ham shékashti.
Kâlbadé bi djâni boudam ké dar hozouré to randj mibordam.

Négâh kardam. To andjâ boudi va râzé nahân dar râz râ bé man 'aTâ kardi.
Hata doniyâ va khakéshân az in râz ahgahi nadârand.

Mârâ az bâgh béhésht va az ma'abad éshgh rândi.
Tshoun nafasi 'amigh hamé mattahéd va bâham boudim.

hata djésm hanouz ghadér bé darké râyéhéyé in golé tâzé nist.
Shab va rouz in gol tâzé hamé djâ râ.

 

___________________________________________________


I was with You at the edge of the sea of love.

 

(Here is the poem “I was with you” in english language.
It is a tribute to the holy, eternal triangle of Esther, the King of Kings and the
Creator.
May it exist every year between Iran and Israel,
a unique relationship, which no other nation has had with
Israel.
In the Temple of Jerusalem, a plaque instructed every pilgrim to
remember this relationship and pay homage and thanks to the
Creator and the nation of Persia.)
Photos Dufour. Copyright.

I was with You at the edge of the sea of love.

I was with You at the edge of the sea of love.
There were no more secrets between You, the waves and my beloved.
The planets and children play together in harmony

 

 

 

then, suddenly, You shattered to the core my confidence.
I was a dead, suffering body in Your presence.

 


I looked around. You were there and You gave me back
the secret hidden in a secret, unknown even to the universe.

 



You took us out of the Garden of Eden and the Palace of Love
and we were “one” united in a common breath.

 

Even the body does not yet understand the perfume of this new
flower.

It illuminates day and night with sweetness
but, only the prophets and the pure can know her.

At last, the moment-beginning-bereshit has become eternal and good.

 

 

 

Through You...


 

___________________________________________________


Mon amour pour toi

"Mon amour pour toi
est aussi beau que le vol des oiseaux,
le chant des merles et le jeu des vagues,
et les paysages verts
et les aquarelles des nuages
et la pureté des gouttes de rosée
et les rires des bébés
et la gloire des montagnes
et l'immensité des océans
et les surprenantes galaxies infinies
et les caresses des cascades et des rivières
et la force des tigres bondissants
et la variété des saisons
et des hommes et des femmes de toutes nations
et les musiques et les danses
et les parfums qui grisent",


dit le Créateur à Israël,
dit le Créateur à tout être
bâti à Son image de même.

"J'aime,
vous n'êtes que de cette veine.
Arrêtez toute guerre,
toute haine,
tout ce qui est vulgaire.

 

Il n'y a qu'un seul être,
en chaque être.
C'est tellement bon, tellement clair.

 

C'est mirage mortel
l'argent que tu recherches.
C'est le défi juif en tout être".

 

 

 

___________________________________________________


My love for you

"My love for you
is as beautiful as the flight of birds,
as the song of blackbirds and the dancing of waves,
as the green landscapes,
the water-colored clouds,
the purity of dew-drops,
the laughter of babies,
the majesty of mountains,
the immensity of oceans,
the amazingly infinite galaxies,
the caresses of cascades and rivers,
the power of leaping tigers,
the variety of the seasons,
and of men and women of every race,
the music and dances,
and intoxicating perfumes.”
Said the Creator to Israel,
said the Creator to every being
made in very His image.

“I love,
You are of this source,

 


Cease all wars,
all hatred,
all that is ugly.
There is only one being,
in every being.
It is so good, so clear.
It is a fatal mirage,
the money which you seek.
This is the Jewish challenge of every being".

 

 

___________________________________________________

 

Esgh man be to

(Voici, en farsi, ce même poème "Mon amour pour Toi"
Here, in farsi, this same poem: "My love for you"

 

Transliteration of the poem (farsi, persian language):

Esgh man be to...

et son enregistrement


Esghé man be to tshoun koutshé parandégâné zibast
va hamânandé naghméyé bolbol va âmvadjé raghsân.
tshoun tsheshmândâz hâyé sabz vâ abr-hâyé rangarang.

Tshon sédâghat vapâkiyé shabnamhâ va tshon xhandéyé koudakan
va mânandé kouhâyé maghrour
ou bémânandé 'azémâté oghyânoushâ
va shegeftângizié kakeshanhâyé lâyatânaist
ou tshon navâzeshé âbshârhâyé koutshak va roud hâst.

ou tshon azémâté babr hâyé djahandé ast

va tshon gozashté faslhâ va gounâgounié  zanân
va mardân az ghom o ghabil hâyé gouna gounast.

ou bémânandé mousighi va raghs va hamtcho 'atr hâyé masti âvar ast.

Payâmé âfarinandé bé Israïl
Payâmé âfarinandé bé tamâmé makhloughât
ké ânhâ râ béshân khod bé voudjoud âvardé
"man doust midâram"
Shomâ az in manshâ hastid
bé djanghâ va keshmakeshâ va bénéfrat hâ pâyân dahid.

Az har tshé zésht âst douri konid.

Dar har âfaridéi yék "asti" vodjoud dârad.
Hou nahâyaté khoubi va zolalist
Hou sarâbi koshandé va mokhareb ast.
Sodâyé mâl vaservat.

In nézâ' va késhmakéshé yahoudiat dar har moudjoud ast.

___________________________________________________


Return Home Page

 

 

 
© Copyright