Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 
La ' Hallah
Le pain juif, sa signification, sa pratique


par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basé sur les livres de nos Sages
© Les textes de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mistva obligatoire pour le Juif qui est d'étudier et d'enseigner simultanément.  Vous pouvez donc imprimer
et dupliquer ces textes pour l'étude personnelle et de groupe, ou pour l'enseignement.
Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur et  l'adresse du site.
Les sites ne peuvent  faire qu'un lien vers ces textes sans les capter. Voyez les règles du Copyright

Ne pas oublier que, sur votre version imprimée ou polycopiée, vous perdez tous les liens qui renvoient aux autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'étude




Bamidbar (Les Nombres) 13, 1 - 15, 41


 

La 305e mitsva de la Torah sur les 613: la 'hallah

Rachi fournit les précisions concernant la 'hallah au verset 15, 20 de la paracha Chéla'h lékha (lien ici), dans le livre Bemidbar qui est un des cinq de la Torah, le quatrième: 
- étant dans la terre d’Israël, quand la majorité des Juifs y sont, il faut soustraire -des cinq céréales pétries et enfournées (froment ou blé 'hita, orge séôra, seigle chipone, avoine chibolète, sarrasin kosmine)- un volume de pâte de la proportion de 1/24 pour un particulier et de 1/48 pour un boulanger; c'est ce qu'on appelle hafrachate 'hala; pour un particulier, les Sages ont décidé que cela correspond à la taille d'une olive (on dit kazayite) qui à l'époque avait la taille d'un demi oeuf, et on nomme cette partie 'hallah et personne ne peut la manger hormis les Cohanim, ce qu'il referont un jour comme nous le souhaitons; les rabbins en ont décidé ainsi pour que cette mitsva ne soit pas oubliée pour le temps où le peuple revenant sur sa terre et y vivant selon la Torah, les ennemis n'auront plus alors aucun pouvoir sur lui et le service du Temple sera rétabli ainsi que la mitsva de la 'hallah et de son prélèvement:
- seule une pâte séchée au soleil ou cuite à l’eau n’est pas soumise à cette règle; cette quantité de 'hallah est aussi précisée par les Sages en fonction d'une quantité minimale de pâte; en gros, on ne prélève pas à moins de 1 kilo et demi de farine, mais il faut demander au rabbin de la communauté les précisions car cette dimension varie suivant les coutumes et traditions qu'il faut respecter et transmettre. De même en ce qui concerne les liquides variés que l'on peut ajouter ou non à ce type de pâte.
- ce prélèvement sera remis aux Cohanim pour leur usage personnel quand le Temple existera et fonctionnera;
- comme incitation éducative, la mitsva a été maintenue par les rabbins quand la majorité du peuple fut hors de la terre d’Israël (sans remettre aux Cohanim le prélèvement mais en la brûlant pour qu'elle n'ait pas un usage humiliant; voir Séfér ha'Hinoukh, 385). On appelle cela une mitsva dé rabbanane


Concrètement

- Généralement, on prélève avant de passer à la cuisson mais il peut y avoir des exceptions par exemple quand la pâte est très liquide pour permettre de saisir la partie à prélever alors qu'on pourra le faire quand la cuisson aura désséché la pâte.

- beaucoup se recueillent à ce moment, associent en esprit des personnes qui ont besoin d'aide pour qu'elles bénéficient de la bénédiction, donnent une tsédaqa, sont conscients de ce qu'elles sont en train de réaliser dans la maison et dans la famille, et que cela est une préparation du Chabbate et disent parfois "likhvod Chabbate qodéche, en l'honneur du Saint Chabbate". Des versets divers sont souvent dits, puisés dans ceux de la Torah ou du Tanakh qui citent les prélèvements dans les sacrifices ou la bénédiction du travail des mains, comme ce texte du prophète Ezékiel 44,30: "Les prémices réchite de toute primeur bikouréi kol quelle qu'elle soit, tout prélèvement térouma quelconque que vous aurez à faire, appartiendront aux Cohanim; de même la première part de vos pâtes vé réchite ârissotéikhem, vous la donnerez au Cohen, pour que la bénédiction repose sur votre maison lé hania'h bérakha él beitékha".

- on saisit une portion de la pâte îssah qui n'a pas encore été mise en forme, d'une dimension d'environ 28 grammes, comme une très grosse noix;

-
on dit la bénédiction (bien prononcer le 'hét et le daguéche qui double le l dans le mot 'hallah):
Askénazim: "Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam achér qiddéchanou bémitsvotav vétsivanou léhafriche 'hallah (Béni, Toi, Hachém Eloqénou Roi du monde qui nous as sanctifiés par Tes commandements et nous a ordonnés de prélever la 'hallah)". Une variante est d'ajouter les mots: "mine ha îssah, de la pâte".
Séphardim: "Baroukh ata Ado-naï Elo-hénou Mélékh haôlam achér qiddéchanou bémitsvotav vétsivanou léhafriche 'hallah téroumah (Béni, Toi, Hachém Eloqénou Roi du monde qui nous as sanctifiés par Tes commandements et nous a ordonnés de prélever la 'hallah téroumah)".

- on saisit alors la partie que l'on prélève et on dit: "Haré zo 'hallah, voici ceci est la 'hallah".

- on brûle cette partie en la plaçant généralement sur un papier d'aluminium ou dedans pour bien l'isoler.

- certains ajoutent après cette mitsva réalisée: "Yéhi ratsone milléfanéikha, Hachém Eloqénou vé Eloqé Avoténou, ché yibané Beit ha miqdache bimhéra véyaménou, vé tén 'hélqénou vé Torahtékha, Que ce soit Ta volonté devant Toi, Hachém notre D.ieu et D.ieu de nos Pères, que soit bâti le Temple bientôt de nos jours, et donne nous notre part dans Ta Torah". Mais chacun ou chaque communauté a ses coutumes.

- Le mieux, pour ceux et celles qui n'ont pas pratiqué cette mitsva est de se rendre chez toute famille qui pratique et de demander d'assister à ce rite, ce qu'ils accepteront volontiers car tout Juif a non seulement la mitsva d'étudier mais aussi celle d'enseigner.

- Les formes concrètes du pain ainsi fabriqué et dénommé lui aussi 'hallah sont très variées ainsi que la recette culinaire qui varie suivant les régions.

- Ce pain est d'abord utilisé au début du premier repas de Chabbate, après le Kiddouche. Et avec la bénédiction du pain.

Le sens de cette mitsva de la 'hallah.
Dans notre méthode d'étude que les lecteurs connaissent maintenant, nous savons que, toujours, le Chla ha Qaddoche, en s'appuyant sur Rachi, le développe et nous transmet le sens intérieur de la mitsva, son intériorité, sa pnimioute qui est l'essentiel porté par l'acte.
En effet, toute la méthode du Chla est basée sur le verset 6, 23 des Proverbes (un chandelier est la mitsva nér mitsva, et la Torah est la lumière vé Tora or, et la bonne conduite de vie se fait par l'exhortation à la morale vé dérékh 'hayim tokhe'hote moussar): d'abord l'étude de la mitsva, puis comprendre sa lumière intérieure, enfin, étendre cette vie dans la réalité des relations. C'est le Chla qui a formulé le plus clairement ces 3 stades de la méthode traditionnelle d'étude.

- Le Chla ha Qaddoche remarque que la 'hallah est prélevée avant la cuisson pour que, dans sa nature essentielle, dès le début, elle soit imprégnée de sainteté; 
- en ce sens, il était prévu qu’Adam, précédant tous, soit ainsi la 'hallah de l’humanité ;
- ajoutons avec prudence que, dans la préparation au désert, cette génération avait été prélevée pour être la sainte 'hallah du peuple à venir; en effet, le Chla développe alors la conception d’Israël comme réchite... (début de), de même que Rachi l’avait fait sur le premier verset de la paracha Béréchite; osons donc continuer en ce sens et dire que notre génération elle-même de Juifs est la 'hallah sainte qui commence à préparer sur la terre d’Israël des jours de plus grande qéddoucha (sainteté) avec le retour de tous pour construire le pays et le peuple dans la sainteté de la Torah selon le désir de D.ieu à nous communiqué dans Sa sainte Torah; 
- nous, les Juifs, sommes aussi un prélèvement à bien des égards par rapport à la masse des peuples ou même des familles dont nous sommes issus ou sortis; souhaitons que nous éclaire l’exemple de cette génération du désert et, surtout, de ceux qui ont réussi à franchir les défilés périlleux comme Yehoshua, Caleb, Yokhébéd et les femmes d'Israël qui ont traversé ces défilés sans périr. Sachons, comme toutes ces générations, le sens et le prix de cette terre qui est l'objectif de ce parcours, parce que -à l'exemple de la terre d'Israël d'En-haut- elle est le lieu de l'habitation de Hachém pour le programme qu'il veut réaliser avec Son peuple.


Le sens existentiel de la 'hala

Ajoutons à partir de tout cela que cette expérience transforme la famille en une conscience vive d'être reliée au service divin, et la part de la femme qui souvent réalise cette 'hallah prend ainsi une dimension particulièrement divine et au service du peuple. L'homme ne se substitue pas à la femme pour cette mitsva et ne la remplace que lors de son absence et avec son autorisation. Le Juif a une conscience très développée de la grandeur de la femme dans l'économie de la sainteté et de la Création et de la circulation des énergies divines qui assurent la régulation de la vie.

En effet, nous relions ici la spiritualité la plus forte et la plus élevée avec la réalisation la plus concrète et celle qui va s'intégrer au corps dans l'acte de manger. Mais aussi dans un acte commun, celui du repas saint, et lors du Chabbate.

Un rite immémorial se déroule ici, relié à toute l'histoire en sa part la plus belle. Dès Avraham et Sarah, ce rite d'échange, de duo dans la maison nous est décrit en Béréchite 18,6: "Abraham rentra en hâte dans sa tente, vers Sarah et lui dit: "Vite, prends trois mesures de farine de pur froment, pétris-la et fais-en des gâteaux."

La maison devient sanctuaire, LE sanctuaire.
Il s'ensuit une ambiance particulièrement élevé lors de la réalisation de cette mitsva pour ceux qui le savent ainsi, et tout lecteur qui l'ignorait le comprend aisément et le partage.

Réaliser une mitsva n'est donc pas un acte mécanique mais se situer dans un concert global, harmonieux et très joyeux, spirituel.
Et nous avons conscience de constinuer la chaîne des génération familiales depuis Avraham et Sarah: en effet, Rachi nous le précise en Béréchite 24, 67 sur le verset disant: "Yits'haq la conduisit dans la tente de Sarah sa mère. Il prit Rivkah et lui fut pour femme, il l'aima. Yits'haq fut consolé de sa mère". Le verset est plein d'émotions. Et Rachi fait explicitement référence à la place importante de la 'hallah dans ce contexte:
" Il la conduisit dans sa tente et elle devint en exemple de Sarah sa mère, c'est-à-dire que tout le temps que Sarah sa mère vivait, une lumière était allumée de chaque veille de Chabbate (c'est bien ce dont nous parlons) à la suivante, la pâte qu'elle pétrissait était bénie, et une nuée était fixée au-dessus de sa tente. Tout cela a cessé à sa mort, pour reprendre à l'arrivée de Rivkah."

Rachi a repris là ce que dit le Middrache de Béréchite Rabbah 60,16 qui insiste sur la bénédiction faite sur la pâte puis dit: "quand Yits'haq vit qu'elle marchait dans la ligne de sa mère, qotsa 'halatah bétaharah, vé sotsah yssatah betahara (qu'elle prélevait la 'hallah en pureté et pétrissait la pâte en pureté), immédiatement Yist'haq vint dans la tente". La Torah nous fait prendre conscience de l'attention, de l'appréciation réciproque, de la réciprocité dans le couple à la recherche de la pureté chacun dans son rôle, et de l'autonomie pour cela, et de la montée immense du couple vivant ainsi. La lumière est présente dans cette maison et en chacun et entre les deux. Le rite de l'allumage des lumières de Chabbate a été précédé par cette lumière commune créée par les deux dans la maison.

En effet, il s'agit bien de l'action de l'épouse, mais tout autant de l'action de l'époux qui est présent et non pas continuellement avec ses copains pour se détendre du travail en délaissant la maison, ou profitant encore de cours supplémentaires avant le Chabbate pour laisser sa femme être encore seule à la maison. Yits'haq vivait "avec elle" et la sainteté se jouait entre eux. Ce n'est pas le rôle seul de la femme. A ce moment, agissant ainsi, les deux époux s'aimant continuellement sont comme les deux chérubins (à visage mâle et féminin) se regardant au dessous de l'arche d'alliance et D.ieu parlant entre eux deux.
Que chacun laisse venir son poème pour décrire ce ressenti personnel et de son couple.

Comment font-ils cela, ce moment d'amour très intime et divin qui n'est pas réservé à la chambre à coucher? Se plaçant en sainteté et en union à la lumière du Créateur, ils l'insèrent dans la matière, dans la pâte et, comme un Cohen, ils la relient à la sainteté. C'est ainsi qu'ils pétrissent le monde en pétrissant la pâte. Unissant les différentes composantes de la matière, la pâte et l'eau. Les unissant et les travaillant. Et de la matière inerte, ils font une nourriture vitale. Et c'est de leur action divine ainsi sur la matière que s'ouvrira ensuite le repas du Chabbate par la bénédiction du pain. D.ieu met ainsi en scène qu'il reconnaît aux humains ce partage avec lui dans le rôle de la Création de la vie.

La réalisation de la 'hallah est donc une expérience intense qui est reliée directement aux textes de la Création du monde et de Adam et du couple. Mais, si le couple Adam-Eve 'Hava s'est égaré, il y a en cette préparation du Chabbate ensemble, la possibilité de tout reprendre à la perfection dans le trio divin de D.ieu et des deux époux reprenant ensemble les rites d'action spirituelle sur la matière. Et c'est une construction de l'avenir, sens de notre rôle actif dans le peuple juif.

Et les textes nous ont laissé pressentir l'émotion que cela suscitait chez Yits'haq. Tout cela sans parole mais dans la certitude du ressenti.

Ils sont reliés à D.ieu par ce prélèvement.


Méditation à prolonger


Rappel: rien n'est mieux que dire
et méditer le psaume 128
pour compléter le message de cette étude:


- Cantique des degrés. Heureux celui qui craint Hachém, qui marche dans ses voies!

- Oui, le produit de ton travail, tu le mangeras, tu seras heureux, le bien sera ton partage.

- Ta femme sera comme une vigne féconde dans l’intérieur de ta maison, tes fils, comme des plants d’olivier autour de ta table.

- Voilà comment est béni l’homme qui craint Hachém !

- Que Hachém te bénisse de Sion! Goûte le bonheur de Jérusalem tous les jours de ta vie.

- Puisses-tu voir les fils de tes fils! Paix sur Israël!


 


 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour