Page d'accueil

Le Lév Gompers
Comment étudier
le Talmud
La Torah
L'étude
des 54 sections
Les poèmes
L'auteur
Ses publications
Livres et articles
S'inscrire
pour recevoir régulièrement les nouveautés du site
Nous écrire
© Les textes de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mistva obligatoire pour le Juif qui est d'etudier et d'enseigner simultanement.  Vous pouvez donc imprimer et dupliquer ces textes pour l'etude personnelle et de groupe, ou pour l'enseignement. Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur et  l'adresse du site. Les sites ne peuvent  faire qu'un lien vers ces textes sans les capter.

Voyez les règles du Copyright. 

Ne pas oublier que, sur votre version imprimee ou polycopiee, vous perdez tous les liens qui renvoient aux autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'etude.

Paracha : Êqév
"A la suite de..."

Apprendre l'amour dans Réchite 'Hokhma

Réchite 'Hokhma
Regardons dans Réchite 'Hokhma (Le commencement de la sagesse, 1575), de Rabbi Eliahou ben Moché Vidas (élève de Rabbi Moché Cordovéro, 1522-1570, l'auteur du Pardès Rimonim et du Palmier de Dévora que nous étudions pendant le Ômér), ce qu'il dit de notre amour envers D.ieu auquel il a consacré de longs chapitres, alors que Rabbénou Bé'hayé, l'auteur de 'Hovote halévavote (Les devoirs des curs) s'était centré plutôt sur l'application morale dans notre comportement.
Ribbi Eliahou ben Moché Vidas développe sur plus de 300 pages, bien plus que ce texte, ce que nous avons perçu dans la paracha en insistant sur le fait que la Torah nous montre l'amour exige tout ("de tout ton cur, de toute ta personne et de tous tes biens") et que "toute" la Torah est reliée à cela. Il montre à travers la Torah comment l'amour agit gratuitement, sans aucun souci de trouver un bénéfice en retour, ni immédiat ni à long terme ni dans le monde à venir. 
L'amour ou l'aimé exigent la préférence, l'exclusivité, l'absence de diminution ou de rupture, le désir, la proximité, aimer l'autre autant que soi-même, lui donner tout le possible pour que rien ne lui manque, percevoir le besoin qu'il y a chez l'autre. Cela est également entre les humains pour le motif que D.ieu nous a aimé initialement selon ces caractéristiques et qu'Il a besoin d'être aimé ainsi de nous.
Il s'ensuit que l'amour humain ne s'épanouit et ne vit que si chacun est conscient de la source. La source seule est assez désintéressée et pure pour garantir la bonté de l'amour humain. Alors, l'amour reconnaît le bon qui est en l'autre et sa seule réaction est la bonté. Pour cela, l'amour suppose la domination sur notre pulsion vitale brute, le  yétser hara, sur nos appêtits de fermeture sur la possession et l'objet (argent,...) tournés vers nous-mêmes seulement ou, plus exactement, de réintégrer toutes les pulsions négatives sous le contrôle de la bonté
Puisque cela se joue dès l'éveil (hitôréroute) des plus petits mouvements intérieurs, on dit que l'amour est dans le cur (ahava ba lév), que D.ieu exige le cur (ra'hamana liba baê, Sanhédrine 106b), que l'amour doit prendre la personne véritablement (ahavate néféche mamache).
En fait, cette gratuité, bonté et totalité de l'amour vient de ce que D.ieu aime ainsi, parce que c'est Son être, qu'Il nous a créés par cela et à Son image.

Réchite 'Hokhma
Voici de brefs extraits des principaux axes du livre:
- Il relie les concepts de yirea (crainte du C.iel) et de ahava (amour) comme deux composantes indissociables et comme deux marches (madrégotes) que doit acquérir celui qui revient à la Torah.
- ce sont des qualités intérieures qui ne sont pas décelables de l'extérieur par autrui.
- une prière ou rencontre avec D.ieu qui ne comporte pas ces qualités ne peut suciter que la colère du C.iel envers celui qui agit ainsi.
- Ils sont si importants qu'il les met en relation avec les lettres du Nom de 4 lettres: la première lettre, le youd, est en relation avec yirea (crainte du C.iel) et la seconde, le avec ahava (amour)
- La phase de yirea (crainte du C.iel) précède celle de ahava (amour) dans l'approche. C'est un degré nécessaire, une base, mais aussi un degré moins élevé. Il faut d'abord le respect avant d'atteindre l'amour. La valeur de ce qui est fait par amour est bien plus grande.
- aimer pour un avantage n'est pas aimer.
-celui qui aime son argent plus que tout, n'aime pas.
- ne soyez pas comme des esclaves qui servent leur maître, mais aimez.
- ahava (amour) est au-dessus de tout ce que l'on peut faire, et rien ne rend plus hommage à D.ieu.
- la crainte fait partie des mitsvotes lo taâssé (concernant ce que l'on ne doit pas faire car seule cette crainte ou ce respect de base incite à ne pas réaliser le mal) tandis que l'amour fait partie des mitsvotes âssé (ce que l'on doit faire).
- celui qui aime D.ieu, c'est comme s'il accomplit toutes les 10 dix paroles qui ont fondé le monde. Car c'est directement de D.ieu que vient ahava (amour).C'est là sa valeur incommensurable.
- l'essentiel de cet amour, c'est d'aimer D.ieu plus que tout ce qu'il y a dans ce monde.Plus que son argent, plus que son propre corps.
- celui qui aime est relié à la vie de Hachém, à celle du monde d'En-haut et du monde à venir.
- il est relié à son image dans le monde d'En-haut.
- il vit avec D.ieu et la Chékhina.
- il vit comme Avraham qui donna tout son être.
- comme D.ieu nous aime, il convient de l'aimer.
- notre amour envers Lui s'éveille en pensant à Son amour pour nous.Et en pensant à tout ce que le prophètes ont dit du monde à venir.
- celui qui aime D.ieu, avec son coeur, avec toute sa personnalité (néféche) et avec son argent, D.ieu le comble de Sa bonté.
- et tous les mondes sont bénis par lui.
- le mot Béréchite (de la Création) a la même guématria que ahava (amour), en petit calcul.
- autant le feu et l'eau n'ont aucun point commun autant l'amour envers ce monde-ci et l'amour envers l'autre monde n'ont pas de points communs.
- celui qui aime reste stable dans son amour même quand D.ieu manifeste sa rigueur.
- l'amour commence par un éveil du coeur (hitôréroute ha lev), et par une adhésion à l'autre.
- l'amour envers D.ieu prend les sentiments effectivement, le néféche.
- l'amour passe par la soumission de l'instinct à faire le mal, yetsér ha râ.
- ceux qui le lèvent la nuit pour prier (tiqoune 'hatsone) par amour, la'mour leur est accordé, et D.ieu accomplit ce qu'ils demandent.
-



 

Paracha précédente Paracha suivante