La hiloula du Rav 'Hayim ben Attar (1696-1743)
dit le Or ha 'Hayim ha Qadoche

Jour de sa hiloula (15 Tamouz), Jérusalem

Page 3

A 50 mètres au Sud, la tombe du rédacteur de Péri 'Hadache, ouvrage sur lequel Ribbi 'Hayim Ben Attar avait fait beaucoup de critiques, mais en étant unis dans la Torah et pour la Torah, et cela est bien manifesté par cette proximité. Vous voyez aussi combien nous sommes proches du Mont du Temple. La personne à droite écrit un billet de demande pour le déposer sur la tombe.





100 mètres en remontant, nous voici près de la tombe du Rachach, Ribbi Chalom Charabi,
le plus grand des caballistes après le Ari, zal. Il a rédigé le siddour de prières
selon toutes les intentions ou cavanotes du Ari et fondé la yeshiva des cabalistes
de Béthel à Jérusalem il y a plusieurs siècles.
Toujours la continuité de notre présence.
Vous voyez combien les femmes se recueillent aussi près de cette tombe de caballiste.
Au premier plan la cabine abritée du vent pour allumer les bougies.




La voici et un pélerin y allume ses bougies.




C'est mon chauffeur de taxi qui pélerine avec moi, il est originaire d'Iraq comme le Rachach
Il est ravi, et je l'amène aussi sur la tombe du Ben Iche 'Haï, l'immense commentateur
complet de Torah et de halakha originaire aussi d'Iraq.
Ce fut une communauté splendide qui est la continuité de celle de Babylone.
Tout Juif qui étudie se trouve ici plus que dans une bibliothèque vivante,
mais auprès de tous ces Sages et le Talmud dans le Traité Bérakhote dit qu'ils échangent ici entre eux.




Au loin, nous voyons maintenant les foules qui commencent à arriver, les autobus et les voitures qui stationnent.
Devant à droite, des jeunes arabes des villages environnants viennent se promener.
Et nous sommes en direct vers le Mont du Temple. Inoubliable,
et dessus c'est ce que l'on appelle le Chaâr ha chamayim, le portail des Cieux.
C'est là que passent toutes les prières de tous les Juifs du monde
qui se tournent vers ce point pour prier, cela des quatre directions du monde.




Voici cette montée, c'est la photo la plus belle, la plus importante.




Ici, je fais la surprise à notre chauffeur de taxi.
Je lui dis: "La tombe de Ribbi Méïr Abou'hatséra est juste ici à côté, à 100 mètres, je t'y emmènes".
Il me dit: "mais je pensais qu'elle était à Tsfate".
Il est complètement bouleversé et dit: "mais qu'est-ce qui m'arrive aujourd'hui?".
Nous y voici. Quelqu'un prie.
Elle est abritée pour permettre ainsi les prières auprès de ce grand Sage qui est visité régulièrement.




Toujours la proximité et les mains


et votre serviteur, moment de présence à ces Sages de toute la ligne Abou'hatséra.
Au loin, tout la face Sud du Mont du Temple que nous avons visitée ensemble (lien ici) ,
on y voit l'escalier d'entrée au temple qui y monde et les dégats en noir faits
par les autorités palestiniennes sur cette partie du mur qui menace de s'écrouler maintenant.


Nous revenons vers notre taxi, la foule des voitures s'allonge maintenant.
C'est Jérusalem cette concentration, le fait de trouver cela normal d'être orienté à prier vers le Temple
dans la rue, ou de prier et d'étudier même en marchant.
Les gens vivent dans la présence. Il en est qui n'aiment pas cela et veulent vivre autrement...
Chacun ses besoins.


Je revois ces tombes encore saccagées et profanées qui nous fendent le coeur.


Dernier regard, les ombres commencent à se raccourcir, on le voit sous les arbres ou sur la flèche du mausolée.
Cet après-midi, ce sera la très grande foule.



Et nous méditons avec le texte de Ribbi 'Hayim Ben Attar.
Voici la fin de son introduction à son commentaire de la Torah, Or ha 'hayim, la lumière de vie,
ouvrage par lequel on le nomme: le Or ha 'Hayim ha Qadoche.


Voici ce qu'il y dit: " Et comme les cieux sont déployés face au Créateur du monde,
ainsi que monte devant Lui selon Sa volonté ce texte pour éclairer les ailes de la sainteté.
Et si j'ai fait erreur sur quelque point, que monte cet ouvrage que j'ai réalisé
comme je m'en suis acquitté, que
car tout y est pour réjouir mon D.ieu, mon Créateur,
Lui qui est la joie de mon coeur et la lumière de mes yeux,
Lui Il est mon Maître, mon D.ieu de VIE".

Vous avez là exactement la note de proximité, de vie, de lumière qui est tout son commentaire.
Qu'il nous apprenne ainsi à voir la Torah, ainsi à parvenir à la transmettre,
ainsi à nous regarder ensemble et à regarder notre terre.
Et que nous y soyions tous bientôt réunis dans cette belle lumière, Amen.

C'était un autre moment de notre vie ensemble à Jérusalem.



Retour à la page des photos de Jérusalem où vous trouverez des pages avec photos sur d'autres Sages.