Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 

Le Rav Avraham Yits'haq HaCohen Kook


Le Rav Avraham Yits'haq HaCohen Kook, né en 1865 à Griva (Lithuanie), ajouta à sa formation classique de yeshiva d'autres études et fut rabbin de Zaumel et de Bausk puis il arrive en Israël en 1904, est bloqué à Londres pendant la 1e guerre mondiale et revient ensuite. Il fut élu premier Grand Rabbin askénaze de Palestine en 1921. Il fonda en 1924 ce qui devint le Merkaz haRav, pépinière de rabbins orthodoxes sionistes et inspirés de sa philosophie et de son mysticisme. Sa hiloula est le 31 août 1935 (3 Eloul, yom richone de la paracha Ki-Tetsé). Il entra dans la yeshiva d'En-haut, le 3 Eloul jour même de l'anniversaire de son entrée sur la terre d'Israël.

A son orthodoxie, il ajouta toujours le souci de la culture générale, le besoin d'être en contact avec toutes les couches du peuple juif. Il monta en Erets Israel en 1904 et fut le fondateur du courant du sionisme religieux orthodoxe en Israël tout en s'opposant à la fondation d'un Israël laïc. Il a, en particulier, écrit Orote ha Qoddéche et Orote hattéchouva, "Les lumières de la téchouva", traduit et commenté en français par Benjamin Gros.(Ed. Albin Michel). Il bâtit le concept contemporain de la alyah (montée) en Israël comme début du "salut total" (at'halate haguéoula) qui fut ensuite repris par les courants sionistes concernant la création de l'Etat d'Israël, ce qui fut plus discuté encore.

Son oeuvre, abondante, se caractérise par un style poétique et mystique se prétant à de nombreuses interprétations et qui se refuse à être simplifiée car la moindre de ses phrases est un carrefour de plusieurs citations de tous les textes du judaïsme repris sous son angle personnel. Ceux qui le simplifient ne sont certainement pas entrés dans sa pensée.
Bien souvent, nombreux sont ceux qui le revendiquent  pour appuyer leurs thèses (beaucoup plus concrètes et unilatérales sur le plan politico-religieux que les siennes). Beaucoupoublient aussi d'intégrer le même amour qu'il manifestait pour TOUT l'ensemble du peuple juif, sans exception et sans extrémisme.
A travers le Merkaz haRav (lien), il bâtit un nouveau style de yeshivotes comprenant une formation directe à la Torah et non seulement à travers le Talmud, un accent fort sur le sionisme religieux, une philosophie originale sur le lien du profane et du sacré et écrivit de nombreux livres sur ce thème, dont l'interprétation demande une grande prudence pour ne pas la simplifier, une conception originale de la relation du peuple juif aux autres nations. L'expression la plus sûre de son oeuvre peut être résumée dans le trio de sainteté : Tora-peuple-terre mais cela ne donne pas le contnu de ces termes et surtout de leur relation. Son fils le Rav Tsvi Yéhouda lui succéda et continua longuement à animer le courant ouvert par son père. 
Des rabbins israéliens francophones comme le Rav Léon Askénazi zal ou le Rav Chlomo Aviner de la Yeshiva Âtéréte Cohanim se revendiquent de cette lignée.

Découvrez ici notre longue étude (plus de 40 pages) sur les relations de la téchouva et de la psychologie. Egalement ici notre traduction de ses commentaires sur la lettre hébraïque tellement chargée de sens merveilleux.
"Mercaz" ha Rav: que veut dire ce mot? Vous pouvez le découvrir sur notre page du vocabulaire hébraïque classé par thèmes. Une bonne occasion pour perfectionner votre hébreu, tout est indiqué sur cette page.


Sa maison, dans le centre de la ville de Jérusalem, a une architecture typique du début du 20e siècle et un escalier typique qui se rencontre souvent dans Jérusalem (photo de l'auteur), c'est un charme typique de Jérusalem:

Les artistes aiment particulièrement ces cadres qui les inspirent.

Entrons dans la cour de la maison du Rav Kook, voici le portail

et sa plaque explicative ancienne en hébreu

et, dans la cour de sa maison, l'atelier du peintre Moshé Tsvi Berger, intitulé Le Musée des psaumes (photos de l'auteur) qui puise son inspiration aussi dans ce cadre spirituel de l'auteur du livre Orote, lumières.

Le fils du Rav Kook fut le Rav Tsvi Yéhouda qui lui succéda et continua longuement à animer le courant ouvert par son père. 


Né en 1891, il était son unique fils et il en fut l'adjoint dans la Yeshiva Merkaz haRav qui forma les rabbins leaders du mouvement sioniste religieux. Sa hiloula est le 14 Adar, Pourim 1982, également jour de la circoncision de Moché Rabbénou.

En 1935, à la mort de son père il lui succéda à la tête de cette yeshiva. Il publia beaucoup de réponses halakhiques sur la vie quotidienne d'aujourd'hui dans l'Etat d'Israël, ainsi que les oeuvres écrites de son père dont il garda l'orientation mystique et nationaliste. Il chercha à former de nombreux jeunes rabbins qui ont constitué ensuite le mouvement dit des koupote srougote (les kippotes faites au crochet en plusieurs couleurs, typiques de ce courant religieux et politique en Israël, depuis le mouvement de jeunes du Bné Aqiva jusqu'aux députés à la Knésset).

Sa continuation sur les sites
En Israël, ou en France, et dans le monde, le mouvement de jeunes juifs Béné Aqiva suit sa philosophie et spiritualité développé surtout par le Rav Drukman.Quelques sites éducatifs ou sionistes ou de débats lui sont consacrés et des traductions. Il fait partie des programmes d'enseignement.
Des rabbins israéliens francophones comme le Rav Léon Askénazi zal ou le Rav Chlomo Aviner de la Yeshiva Âtéréte Cohanim se revendiquent de cette lignée. Ici, un article du Rav Askénazi sur le Rav Kook. Ici, un article sur le Messie selon le Rav Kook par G.Hansel. Un Institut étudie la halakha et la guémara selon sa perspective.

Ses principaux écrits sont: 'Hazone haguéoula (Vision du salut final, 1941), Iguérote haraya (Lettres du Rav, de 1888 à sa mort), Orote haqodéche (Les lumières de la sainteté, 1950 en trois tomes sur le système spirituel qui gouverne l'univers), Orote hatéchouva (Les lumières de la pénitence ou du retour, 1925 et 1966), Orote (Lumières, 1925, adjonctions à Orote haqodéche), Olote Raya (Offrandes du Rav, 1939, sur la prière), Chirate haRav (Ses poèmes, 1945).Le Rav Kook eut toujours le besoin de compléter ses écrits en prose par de la poésie pour exprimer certaines dimensions inexprimables autrement. Ses écrits sont dans un style condensé et semblent simples, mais dans ce langage il condense tellement de sources de la Torah, des commentateurs et de la caballe qu'il est présomptueux d'en faire un résumé ou un enseignement simple et unilatéral, pour celui qui connaît quelque peu ces sources. Léhavdil, pour faire comprendre cela par une image, le Cantique des Cantiques ne semble simple qu'à ceux qui ne savent pas qu'il est le condensé de tout. Il reste que ses ouvrages sont très populaires et que le coeur en reçoit beaucoup, spécialement pour la téchouva et l'amour de la vie sur la terre d'Israël. Avec une précaution: ne pas vouloir tout traduire et limiter en termes de politique contemporaine.

Ici, toutes les pages de Modia où il y a un lien avec l'enseignement du Rav Kook (sur 33 pages).

Une page importante liée à ce thème: la terre d'Israël selon la Torah et les Sages. Sur Modia.

La biographie du Rav KOOK en video sur Youtube.

Quelques photos du Rav Kook:

.. .

.

.

 

..


 


 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour