Regarder
sur Modia 
Photos par thème - galeries & diaporamas
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Recherchez
sur Modia 
 
  Cliquez ci-dessous
  Modia en français   
Un site pour étudier et vivre le judaïsme, le Talmud et la Torah
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
  Modia in english
 A web site on how to study and live Judaism, Torah and Talmud
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Dons: cliquez ici - S'abonner à la newsletter: cliquez ici
 
Règles du Copyright - Traduction et commentaires par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour basés sur les livres de nos Sages
 

Réussir le passage du nitsane (bourgeon) vers l'éclosion adulte
(éducation juive et développement personnel juif).

Etude vitale sur le Cantique des Cantiques


"Chir ha Chirim"

Etude et commentaires
par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
basé sur les livres de nos Sages
Toutes les photos sont de l'auteur
C'est dédié à tous les Nitsane, et spécialement pour la guérison de Nitsane ben Myriam.

De toutes les révélations possibles de D.ieu à Avram-Avraham, il n'a choisi qu'une seule comme première et fondation de toutes:
Il lui a dit: "Lékh lékha, va vers toi-même". C'est une marche active de développement personnel.
La bonne relation à autrui vient ensuite, c'est le dérékh érets, qui
et lui aussi passe avant la connaissance intellectuelle de la Torah (Dérékh érets qadma la Torah);
ainsi le bon développement de soi-même passe avant tout et avant même la bonne relation à autrui car elle en est la base.
Alors, tout l'édifice peut se construire.

La Torah résume tout cela dans le Cantique des Cantiques (qui est la présentation la plus voyante de la Torah pour qui étudie avec le coeur, qui comprend avec le coeur et voit avec le coeur
) par ces mots du second chapitre: "ha nitsanim niréou ba aréts, êt ha zamir higuiya, vé kol ha tor nimtsa bé artsénou", "les bourgeons sont vus sur la Terre (d'Israël), et le temps du chant est arrivé, et la voix de la tourterelle (de la Torah) se trouve sur notre terre (d'Israël)".

Voyez ici ces photos de démonstration en magnifiques tableaux dans le paysage de ce paradis qu'est Jérusalem:
les bourgeons: http://www.modia.org/jerusalem/jbotanic0403/jerubotanic0403.html
et les tableaux de leur éclosion: http://www.modia.org/jerusalem/jbotanic0403/jerubotanic2-0403.html

Et le comment faire nous est indiqué aussi par la Torah, 'hanokh léfi darko: "éduque l'enfant selon sa voie à lui".
Pour cela, il faut apprendre à parler à l'enfant dans les mots de la Torah, apprendre à lui montrer le monde tel que la Torah le découvre, au sens propre. C'est un art éducatif et je lui ai consacré la page suivante: http://www.modia.org/jerusalem/jeruneuf.html


Cela se joue aussi dans le bourgeon unique que nous constituons avec l'homme ou la femme avec qui nous avons été créé en un seul Adam. Je l'exprime dans un poème: http://www.modia.org/poeme/tresor/Eve

Nous devons apprendre à lire cet immense rouleau de la Torah qu'est la Création; et les bourgeons qui éclosent sont cet enseignement.
Regardez cette page qui nous l'enseigne: http://www.modia.org/jerusalem/jerumars.html et voyez tout cela avec votre conjoint et avec vos enfants, c'est indispensabl pour créer la véritable relation.
Si nous ne voyons pas le monde selon le regard de D.ieu, tel qu'il l'a vu et fait dans l'acte de Sa Création, la "bria", c'est que nos yeux sont encore mal réveillés. Etudions davantage, le site nous y aidera.

Profiter des temps de vacances ou des moments de présence ensemble pour
apprendre à nos enfants ou à nous-mêmes...
à voir, à sentir, à parler dans les mots de la Torah,
dans la vie quotidienne
Ouvrir toutes les pages consacrées à cette éducation sera passer de moments magnifiques avec les enfants, vous les trouverez ici:
http://www.modia.org/etapes-vie/education/parler.html .


Après cette première sensibilisation, nous allons apprendre l'art "d'élever" avec continuité,
élever au sens propre du mot: éducation qui soutient la montée.

C'est cela l'art juif de l'éducation, qui consiste à éveiller la flamme en maintenant l'aide jusqu'au moment où elle monte d'elle-même, autonome. Tout cela est enseigné dans la paracha Béhaâlotékha à travers l'exemple du Cohen qui allume le chandelier chaque matin selon cette technique. Reportez vous ici à cette page.

Il faut donc être capables d'écouter toujours et patiemment. Pour cela, il est exigé de nous le rappeler en répétant chaque jour plusieur fois le "écoute, Israël". Voyez sa page d'étude ici! http://www.modia.org/tora/devarim/vaethanane.html#chema.

Pour tous ces motifs, de nombreux enfants en Israël reçoivent le magnifique nom de "Nitsane", bourgeon.

Pour résumer tout cela, nous allons nous entrainer ensemble à écouter patiemment un bourgeon double (puisque tout humain est double en potentiel d'homme et de femme en un seul Adam).
Exercice de patience, d'ouverture de la sensibilité, du coeur, du regard, de la délicatesse, de la vibration, de l'échange (car vous direz à l'autre ce que vous voyez de ces images, et alors vous entrerez ensemble dans des univers nouveaux).
Prenez le temps sur chaque image comme toutes les séances d'une psychothérapie. Voyez à chaque fois ce qui est nouveau, différent, et ce que cela exprime, et dites-le en mots. Et revenez plusieurs fois sur cette page, mettez la en signet pour développer cet exercice: votre entourage familial en bénéficiera.
Et nous sommes l'enfant de soi-même: c'est envers nous-même qu'il faut commencer ce travail. C'est le Lékh lékha d'Avraham.
Commençons.

Deux enfants, fermés, l'un peut nous sembler plus agréable, plus facile, plus vert, plus chaud, l'autre plus décevant, trop lent, trop fermé et pas assez reconnaissant:

Les autres personnes sont fleuries, pourquoi attendre ainsi dans le mystère.
Bien sûr, c'est écrit dans les livres que tout l'avenir est contenu dedans, le Chémote Rabba, 18,1,5 dit que les bourgeons sont les Lévi ou les Cohanims ou les rois d'Israël, ou le peuple, ou chacun. Chaque Juif est tout ce potentiel. Et impossible de le forcer à s'épanouir, c'est lui qui nous imposera son rythme. Nous n'avons pas la longue patience divine, nous voulons comme les enfants tyranniques le Machiah tout-de-suite! Combien s'imaginent même l'être , c'est plus facile à dire. Mais le Rambam nous l'a appris: seuls les actes prouvent qui nous sommes et non pas les grandes déclarations de principes.


Ce surgissement soudain, découvert au matin, sans même nous avertir est une indiscipline. Déjà l'enfant montre qu'il sera le maître et nous ne sommes là que pour lui fournir les services de nourrir d'eau et d'air, et de soins, et d'affections. Et que recevons-nous?
Ah! Si nous pensions à nous renouveler au même rythme que lui. Il serait notre maître vers la vie.
Et quelle vitesse de changement, et quelle indépendance. Il sait tout ce petit. Je voulais tout lui expliquer mais il le sait.
Il paraït qu'il a connu toute la Torah dans le ventre de sa mère. Ce n'est pas un homme qui a pu dire une phrase telle.
Et pourquoi l'autre ne s'ouvre pas de même, simplement pour me contrarier probablement, pour attirer mon attention à chaque instant.

Combien de trésors intérieurs apparaissent-ils: il y en avait 3, et 5 déjà maintenant. Comme les 5 niveaux de la néchama.
Et l'autre qui s'obstine à rester fermé. Mais non, tu ne vois pas qu'il se gonfle d'une maternité? Signe que tu ne sais pas écouter.

En tous cas, les pistils du grand bougent et sortent doucement.


Oh! 12 pétales, pistils et autres, comme les 12 tribus. Il me faudra aimer chacun dans sa musique
car ils ne sont qu'une partie du même tout. Et c'est le tout qui est amour et louange, et bénédiction,
pas mon groupe seulement, pas seulement mon Rav ou mes seuls ancêtres aussi brillants qu'ils soient.
Si c'est cela, l'autre deviendra aussi resplendissant; et tout enfant, tout pauvre également a la même puissance.
Pourquoi ai-je dit que seuls les riches sont des humains réussis? C'est une escroquerie.

Vous savez, mon petit, l'enfant que j'attends, il grandit et il est très intelligent, et très gentil.
Très prochainement il va sortir et toute la place lui est faite dans notre domicile.
Et le grand? Il prend plus de place chaque jour, chaque nuit, impossible de le tenir.
Je ne sais pas où cela va finir. Et je ne me souviens plus combien j'étais difficile.
J'ai bien peur que le petit suive le même exemple.

Ce qui me révolte, c'est le petit, il est impertinent, toujours droit, imperturbable, il a toujours raison quoi que je pense.
Et l'autre s'étend dans sa beauté. Moi aussi j'existe en ma beauté, il semble l'oublier apparemment.
- Mais il est ton image, tu devrais lui ressembler en tout cela au lieu de le critiquer à chaque instant.

Le Créateur me mène par le bout du nez: le petit dernier commence à se gonfler de rouge et fera comme son frère,
et le grand me fait perdre la tête. Il paraît qu'il a déjà de la sexualité, des pistils ou étamines males et femelles,
a quoi doit-il penser dans sa tête!
- Mais, Madame, vous êtes pareille, qu'en faites-vous de toutes ces merveilles.
Oui, mais lui les bouge sans cesse, c'est un vrai manège! Et il prend toutes ses aises.
Quand au parfum, il y a longtemps que le mien a perdu sa verve. Il exagère.
Il sait tout sur tout, il a tous les talents, il exagère. La Torah, je ne vous dit pas, en une heure il connait tout un péréq,
et moi, à trente ans pour retenir trois mots je peine. Pourquoi le Créateur a-t'il donné tant de talents aux enfants
et c'est nous qui avons les charges de mère et père? J'aurais fait le monde autrement.



Papa! Maman! Tous les enfants! Venez vite voir. Le petit frère va montrer ce qu'il a dans la tête.
Il est rouge comme une pivoine, il va éclater d'un instant à l'autre, c'est chose certaine, Baroukh Hachém!
Et le grand se rapproche, c'est signe qu'ils s'aiment...


Chut! On assiste en direct à la naissance d'un être. La bénédiction agit sous nos yeux, elle descend, se manifeste.


C'est beau, Maman, c'est comme une danse, le grand se rapproche comme s'il le conseille.
Et le petit s'ouvre lentement, de façon très discrète. Il a peut-être appris cela auprès de Hachém...
Et que va t'il se passer entre eux d'eux ssur la même petite scène?


Regarde, son pétale doucement s'écarte de la tige verte et dedans je vois les étamines apparaître.
On dirait que son frère s'écarte un peu d'étonnement. Mais non, tu ne comprends rien, c'est pour le laisser naître
et bien se sentir dans notre maison.

C'est inouï, on dirait qu'il s'étend de l'autre côté pour ne pas gêner le premier, c'est ainsi dans le camp du désert,
ce n'était pas comme maintenant. Et l'autre l'encourage gentiment. C'est très lent un accouchement, Maman.
- Moi, ce que j'aime, c'est qu'il prend déjà toutes les couleurs roses des adultes; il est déjà comme les grands alors qu'il vient de naître.
- Toi aussi, mon enfant.

Ce qui m'impressionne, c'est qu'il se redresse dès maintenant; moi, quand je suis fatigué, je fais la tête.
Lui, il est digne, beau dans sa façon de tenir sa tête. On dirait que les fleurs se savent toujours face au Créateur
tandis que moi je fais n'importe quoi comme si j'étais le maître de l'univers.
Quelle harmonie déjà. Je comprends pourquoi maintenant on nous donne la ménora en modèle: être beau et droit, sans cesse.
Comme si on voit devant soi continuellement le Maître du monde qui nous donne vie, force, beauté, et c'est la vérité vraie.


Ce qui m'a toujours surpris et étonné, c'est que je nouveau jeune, semble être ressenti par les prédécesseurs
comme s'ils étaient tout-à-coup vieux et fatigués. J'ai l'impression que l'autre fleur en a un choc et chute devant elle.
- Mais non, c'est sa sagesse, elle la soutient et l'accueille d'un geste. On doit s'entraider entre frères.


C'est beau, les autres se rapprochent pour l'accueillir et lui faire la fête. Ah! si les hommes faisaient apreils envers les pauvres de la planète!
Une douceur s'étend entre eux comme s'il chantaient une prière.On a beaucoup à apprendre des fleurs.
Dire qu'il y a des gens qui les placent n'importe comment, tassés dans un bouquet sans les voir même vivre et se parler...


Papa, Maman, quelle fête. On danse autour comme dans un mariage quand on conduit le marié ou la mariée sous la 'houpa.
La nouvelle fleur est accueillie par les autres comme une reine. Et tu vois comme la grande chante la bouche ouverte?
Elle fait ses louanges. Ca devrait être comme cela à chaque naissance, à chaque arrivée d'un immigrant en Israël.


Là, je crois que la fleur fait une prière de reconaissance, c'est normal et les autres l'accompagnent, l'écoutent et se taisent.


Là, je crois, qu'ils arrivent à l'âge où on n'est plus différent: on se marie, on se ressemble et on devient à deux
un seul être qui est Adam comme autrefois, même si on est Adam et 'Hava.
C'est la douceur des mariages après Lag ba Omér.
On est beau comme le Ciel, on est pudique et personne n'oserait nous regarder en nous manquant de respect.
Crois-tu que cela reviendra comme cela dans la société. J'espère que oui, au moins dans le pays de la Torah
où on connaît quelle est la source de toutes ces beautés, l'unique source, et elle mérite à chaque instant le respect,
dans les regards, dans les sourires sans indiscrètes pensées.
Ces deux là auront bientôt des enfants qui seront aussi beaux que leur unité.

Maintenant, ils chantent ensemble. C'est une jubilation du bonheur achevé, c'est le psaume 128, c'est le psaume 150.
Peut-il y avoir un plus beau bonheur que ces deux jeunes mariés?


Mais oui, tu vois, surgissent de nouveaux bonheurs depuis leur intérieur, de nouvelles proximités,
de nouvelles couleurs surgissent qu'on ne pouvait pas imaginer.
C'est une création continue, à l'image du Créateur. C'est un feu d'artifice qui ne cesse plus,
une harmonie des couleurs qui est un jeu où chacun écoute et donne à l'autre du bonheur.
Et, tu vois, pas de publicités, pas de rêves qu'on cherche à vous fabriquer pour vous vendre
des mensonges trafiqués. Rien, aucun, tout est naissance depuis le coeur et la commune connaissance.
Et l'orientation vers la source de la vie qui, à chaque instant, recommence.

Tu ne le croyais pas, regarde ce qui vient de se passer.
Ils sont de plus jeunes en plus jeunes ensemble, pas de regrets,
ils explosent de joies renouvelées, ils sont tendus vers la vie en chaque millimètre de leur santé.
Ils nous donnent une petite idée de ce qu'est la vraie réalité.
Il y a longtemps que tu as oublié la politique et les informations télévisées, et les télephones et les sondages mensongers.
Tu aurais bien envie de les caresser. Mais tu sais maintenant respecter, tu comprends que toi aussi tu as ces beautés
puisque tu viens des mêmes sources.
Tu as compris, comme ces fleurs "en toutes tes voies connais-le, bé khol dérakhékha daéou".
Sache toujours évoluer, vivre en beauté, louer et louanger, chanter.

La lumière n'apparaît qu'en avançant.
Et n'oublie jamais: on est tous de la même qualité, de la même unité.
Les partis ne sont là que pour diviser. Chaque humain est semblable en ses profondes qualités.
Mais pour les trouver et pour les développer, il faut savoir écouter, regarder
et savoir s'unir à la source qui nous est dévoilée.


Vraiment, nous l'avons vu, c'est vrai:

"ha nitsanim niréou ba aréts, êt ha zamir higuiya, vé kol ha tor nimtsa bé artsénou",
" les bourgeons sont vus sur la Terre (d'Israël), et le temps du chant est arrivé,
et la voix de la tourterelle (de la Torah) est entendue sur notre terre (d'Israël)".
(Cantique des Cantiques 2,12).

La preuve? Pendant tout ce temps où nous avons été centrés sur cette beauté de la Torah qu'il y a dans le monde autour de nous,
pas un instant nous n'avons eu été négatifs et méchants.
Alors, comme le dit le Chir ha Chirim Rabba sur ce verset, nous vivons selon Moché et le temps est venu de la véritable libération pour l'Egypte elle-même, pour le mal qui entourait comme un prépuce de mal qui étranglait, et c'est le temps pour Israël d'être sauvé. Et pour nos idoles de tomber. Et notre peuple aura les dirigeants dont il est digne. Et les ennemis seront impuissants, ajoute t'il et Mordékhaï apprendra au peuple à revenir sur le droit chemin et le roi de Perse annoncera aux Juifs de retourner dans leur pays et de bâtir le Temple. Et la suite s'ensuivra, Eliahou et le Machia'h. Mais il faut que nous commencions, à quoi? A voir que les bourgeons sont là et qu'il suffit pour nous de centrer sur eux notre regard.
Le Middrache Rabba le dit: tout dépend des actes des tsadiqim, nous, des justes. Il s'agit, comme David, d'épouser l'amour du Ciel qui fait vivre la terre et de le faire chanter et de le réaliser.
C'est ce que demande le Ciel quand il dit à Israël Son épouse: "lève-toi, ma bien aimée". Et dans le Livre de Yéhoshua 5,2: "fais par toi, pour toi, le bien, lékha".
C'est pour cela que fut donné le nom de Myriam à celle qui sauva Israël d'Egypte parce qu'elle fut capable de sauver son peuple du mal, de l'amertume et de voir le positif.
Et la Péssikta de Rav Kahana (5) dit que alors la terre d'Israël chantera. Elle en a besoin et alors, dit la Péssikta, la terre d'Israël sera répartie entre vous comme héritage comme il est indiqué comme assurance de Hachém en Bémidbar 26,52-53.

Le verset:
" les bourgeons sont vus sur la Terre (d'Israël), et le temps du chant est arrivé,
et la voix de la tourterelle (de la Torah) est entendue sur notre terre (d'Israël)".

indique nettement qu'il y a trois étapes: celle du nitsane (bourgeon) est la sortie d'un temps de souci et non seulement le manque de souci, et il est encore marqué par cette étape précédente difficile, nous le développerons dans le prochain cours. Puis arrive le temps du "zamir", le chant. Et enfin, l'épanouissement total de ces quatre étapes dans la voix de la "Torah", la "tourterelle" comme l'indique le jeu de lettres en hébreu. A bientôt l'exposé spirituel et très existentiel de tout cela, soutenu encore par des photos pour ressentir, et en n'oubliant pas que la Création est pour notre enseignement.
Que par les milliers de lecteurs qui vont étudier cette page et l'intégrer, la guérison de Nisane soit accordée. Amen.

Continuer sur la page du Cours 1 du Cantique des Cantiques.

 
 

 
Toutes les photos du site sont Copyright de l'auteur (sauf images autorisées externes) - Aucun travail n'est effectué sur le site pendant le Chabbat et les fêtes juives
© Copyright - Textes, informations et webmaster: Dufour