accès direct >>
accès direct >>
accès direct >>
accès direct >>
Livre d'or

Rechercher ici les thèmes d'études sur le site par un catalogue de photos
Rechercher ici sur le site tout sujet ou tout mot avec Google :

Le livre de Yehoshua
Réalisation de l'étude:

Comment devenir forts et courageux.

Commentaire
par le Rav Yehoshua Ra'hamim Dufour
basé sur les livres de nos Sages
Pour construire mieux encore notre peuple,
qui est Bat Israël, ha yafa bannachim, "la plus belle des femmes" dit le Cantique des Cantiques.



http://www.modia.org
© Les textes de Modia sont mis gratuitement à votre disposition par l'auteur, selon la mistva obligatoire pour le Juif qui est d'etudier et d'enseigner simultanement.  Vous pouvez donc imprimer et dupliquer ces textes pour l'etude personnelle et de groupe, ou pour l'enseignement. Bien entendu, selon la Torah, en ne supprimant pas le nom de l'auteur et  l'adresse du site. Les sites ne peuvent  faire qu'un lien vers ces textes sans les capter.
Voyez les règles du Copyright
Ne pas oublier que, sur votre version imprimee ou polycopiee, vous perdez tous les liens qui renvoient aux autres textes de Modia. Or, ils sont indispensables dans l'etude.


Ce texte comporte des lettres saintes. Ne le placer que dans un lieu respectable.
 



Introduction. Résumé du scénario du livre de Yehoshua
I. Ce livre est capital pour nous aujourd'hui. En effet, nous sommes dans le désarroi car plus que jamais car ni les nations -ni nous-mêmes- semblons n'avoir rien appris de nos erreurs après la Choa et nous continuons tous ensemble à appuyer ceux qui contestent le droit à l'existence des Juifs. Nous jouons un double jeu mais soutenons de fait nos tendances destructrices. Cette question est si essentielle que Rachi l'éclaire dès son premier commentaire du premier verset de la Torah (lien ici).

2. Intériorisation de l'enseignement.
Dans cette page, nous allons nous interroger pour intérioriser les enseignements de ce premier chapitre capital du Livre de Yehoshua qui est écrit pour chacun de nous. Car chacun de nous a un rôle capital, au même titre, comme chaque lettre est aussi importante dans la Torah, pour la réussite du peuple juif, pour sa survie, pour sa VIE véritable et intense, et ainsi pour la diffusion de la bénédiction dans le monde et dans la fraternité totale avec toutes les nations.
Et c'est alors que nous ressentirons personnellement le bonheur en nous, à travers les phases différentes de notre vie, même les plus difficiles.

3. Pour cela, vous aller trouver sur cette page une sorte de test personnel pour mieux vous situer, mais aussi pour éveiller nos forces et dépister les freins camouflés. Enfin, pour rechercher votre synthèse heureuse et efficace dans la vie et dans la Torah. Ce scénario est mené sur la base de photos car la vie intérieure fonctionne dans des dynamiques d'images (nous le voyons dans la vie nocturne où les rêves agissent en images, et ils sont importants dans le judaïsme, voyez les pages 50-55 du Talmud Bérakhote). Commençons; j'ai filmé toutes ces images en une heure, en réfléchissant sur cela, un matin après 'Hanouka. Commençons.


Première phase

1. Cette affiche de la pièce de théâtre Poulsa nous montre notre intériorité devant la vérité de chaque "moi-même" au milieu du monde. Impressionnante découverte à faire. Osons donc affronter l'interrogation. La beauté de mon intériorité, siège de la Chékhina (présence divine), oserais-je la regarder en face, sincèrement, et ne pas démissionner, ni me falsifier?


2. Regardons nos tendances négatives.
Nous laissons-nous aller en trichant, rien que paraissant aux autres selon la beauté des modes superficielles mais, en fait, abattus et choisissant de vivre en êtres cassés par la vie et soumis? Ce n'est pas le Lékh lékha ("Va vers toi-même") dit à Avraham, et qui "doit" être la règle de vie du Juif et de la Juive.


3. Au lieu d'être des constructeurs, sommes-nous des râleurs, des bébés attendant le bonheur de parents imaginaires, et cela jusqu'à la fin de notre vie. Alors que la Torah nous a dit: "sortez d'Egypte, ne soyez pas des esclaves passifs"?


4. Nous avions des projets de réussir dans le monde, nous avions même commencé de nous bâtir en maison de bonheur. Et puis, aux premiers orages, bêtement, nous avons stoppé la construction. Et nous nous plaignons des intempéries qui nous inondent. Quelques efforts et, pourtant, nous pourrions sortir de notre stagnation. Il faudrait vraiment nous remettre en marche. Etre forts et courageux. Et aucune personne ne peut en décider à notre place.


5. Il est des heures, nombreuses, où il est plus facile de se mettre dans une armée de personnes identiques sans personnalité (idéologies politiques, communautés spirituelles, ou de zones professionnelles ou de style d'habitation, mêmes vêtements, coupes de cheveux, disques de mots, vies en miroir). La grande tricherie paresseuse déguisée en valeur bienséantes dans un petit milieu.
En fait: la prison, si on en fait l'aveu. On se choisit un "camp de concentration". On écrit une Torah composée de toutes les mêmes lettres: falsification.


6. Je peux aussi me replier sur ma misère modeste, sans lutter: je me contenterai des miettes que la vie me lancera au hasard. Et je me plaindrai; je dirai que la chance à tout le monde n'est pas donnée. Injure au Créateur qui av ait envers moi une espérance et mettait toutes Ses forces à ma disposition et n'a créé personne d'autre identique à moi; donc, avec l'espoir que je réaliserai la mission unique qu'Il m'a donné de découvrir par moi-même.


7. En fait, alors, je choisis cettement l'immobilité. Ce n'est pas la vie.


8. Autre piège: la sécurité. Je dis que j'ai organisé ma liberté mais voici ma vérité: je tiens avant tout à vivre dans des cassiers invisibles mais bien rangés. Comme des médicaments placés dans les tiroirs des pharmaciens. Le calme et le silence. En fait, des malades impuissants, sous soporifiques. Ce n'est pas une "vie". C'est curieux, ce besoin que j'ai de prendre des médicaments et des calments. Calme-ment.


9. Le piège de l'esthétisme solitaire.
J'ai choisi l'harmonie, loin des conflits inutiles qui exterminent les autres et détruisent. J'ai découvert ma sagesse: c'est "l'égoïsme", cela existe, je l'ai même construit. Je pourrais même le réussir avec enfants, femme, maison et voiture et relations et télévision et actions boursières et place à la synagogue, et même mon abonnement à des cours de religion et au footing et au concert. Mais je serai blindé dans l'adoration de mon moi, comme unique réalité. Dieu? Qu'avez-vous dit? C'est MOI, je l'ai prouvé, et ça marche. Je suis merveilleux. Peut-être trop beau et ennuyeux, me dit ma femme (ou mon mari) et mes enfants. Ils me menacent de farie des bêtises pour... vivre. Il y a donc quand même quelque chose qui ne va pas.



Deuxième phase: l'hésitation
10. Honnêtement, j'ai besoin de vivre avec les autres et nous sommes un peuple, les Juifs. Mais nous rencontrer, ce n'est pas facile. Je dis que je cherche le bonheur de tous en religion, en politique, mais en fait je ne réussis pas à me mettre dans la même direction de regard d'un autre être humain. C'est difficile, ce serait lâcher ce que je fais: uniquement le mien.



11. Parfois, il m'arrive de soupçonner que tout pourrait être mieux et autrement. Nous ne sommes pas loins les uns des autres ni pas tellement différents. Si quelqu'un nous apprenait à nous écouter, mieux: à nous entendre vraiment, alors on pourrait s'entendre, se comprendre, peut-être même s'aimer et s'entraider. Cela semble simple à dire. Peut-être que ce serait possible.
Pouquoi personne ne nous explique ce que veut dire: "vé ahavta lé réâra kamokha, tu aimeras le proche comme toi-même". Il me semble que cela nous aiderait. Ce serait bien un livre où on l'expliquerait. Je devrai chercher si c'est dit et expliqué qulque part. Je viens de découvrir un très grande idée.


12. Finalement, je viens de découvrir que le monde est beau, et moi aussi peut-être. Oui, tout est beau autour de moi. Mais pourquoi donc je le voyais comme des chaînes, et commes des prisons entassées autour de moi? En fait, ce sont des ruisseaux guidant les bénédictions.


13. Peut-être avons-nous en commun, tous les humains dans la Création, le meilleur en potentiel et tous de même. Comme ce serait bon si tous se réveillaient en même temps de leur prison et enlevaient leurs canons.
Peut-être n'est-il pas impossible de voir la Bonté qui a créé le monde. Peut-être le monde, maintenant, tient-il seulement par cette beauté-bonté qui serait donc notre commun héritage... C'est une hypothèse qu'il vaudrait la peine que j'examine. En tous cas chez les Sages de notre tradition qui nous transmettent le vrai fonctionnement de la Création. Reçu en direct dans la Torah. Intacte, complète.

 

Troisième phase: vivre selon la Torah: Forts et courageux, comme D.ieu l'a dit à Yehoshua.

14. Je n'avais jamais remarqué combien une harmonie d'ensemble règne sur le monde. Une telle beauté générale et constante n'existe pas par un hasard. Elle "UNE" Présence et une offrande vers moi, vers nonous tous ensemble! Cela suffit que je joue à l'aveugle et au sourd. Je viens de comprendre le "Chémâ Yisrael, Ecoute Israël!". A retardement, mais mieux vaut tard et maintenant que mourir sans avoir été sensible au message infini d'une telle bonté-beauté. D'une telle dimension!


15. Finalement, je suis cerné de cette sève.
Sans elle, rien n'existerait puisque tout en est imprégné. C'est une Présence et nous y sommes reliés. Je viens de comprendre la phrase que je disais chaque matin en mettant la courroie des téphilines: "atem ha dévaqim ba Hachem Elohéikhem, 'hayim koulekhem ha yom, vous qui êtes en adhérence avec Hachem votre D.ieu, vivants alors vous l'êtes tous aujourd'hui en ce moment".
Et il est dit :"Elohéikhem, votre D.ieu" et non pas "D.ieu" seulement. C'est donc bien orienté vers moi, et vers tous les humains, cette beauté-bonté qui crée en ce moment tous les mondes et tous les vivants. Quelle force devrait surgir de cela!


16. Je comprends seulement maintenant ce qui est écrit dans le Livre de Yehoshua. D.ieu lui dit: "Eyé imakh, Je serai avec toi", cela est clair maintenant. Et il est dit ensuite: "mais toi, 'Hazaq vé émats, sois fort et courageux, cela seulement, et très fortement". J'ai compris: puisqu'il y a cette force si évidente, je ne devrais qu'être fort, c'est le minimum de logique de ma part. Et quelle force! en conséquence: il est écrit: "méod, très fort et très courageux". C'est étonnant, mais c'est maintenant évident.

17. Je vois maintenant quelle puissance sort des plantes, combien elles chantent en reconnaissance, dans leur langue. Ainsi, moi-même et chaque humain de même devons être ainsi en florescence en chacune de nos cellules et nous renouveler comme les plantes, incessamment et constamment.


18. Pas seulement moi, ni tel ou tel riche, mais tout humain, et surtout tout Juif et toute Juive qui ont eu le bonheur de recevoir ce message à transmettre.
Quatre humains= quatre grappes qui sont hommage aux quatre lettres du Nom de Hachem, comme les quatre enfants de la Haggadah de Pessa'h. Quel beau concert!


19. Quel enseignement sont ces animaux les plus communs laissés libres dans la nature (je ne parle pas des animaux esclaves enfermés dans les prisons des maisons): comme ils sont conscients de l'harmonie des mondes: délicatesse, puissance, prudence, harmonie avec la beauté des plantes, tous forces et louanges comme nous devrions l'être.
Je viens de comprendre le Pérek Chira (lien ici) (et ici) où, dans les Psaumes, ils sont tous louange.


20. Mais je découvre que les humains aussi peuvent vivre en harmonie, discrètement mais sûrement, au même pas, au même rythme, différents mais en harmonie, une unique harmonie. C'est une merveille. Ce matin à Jérusalem, tout cela, présenté si simplement en une demie-heure dès que j'ouvre mes yeux et mes oreilles. C'est cela la sainteté de Jérusalem, elle est atmosphère. Mais c'est simplement une condensation de tout ce qui se passe dans tout être et dans tout l'univers.


21. Le temps va commencer, si nous voulons bien recevoir et partager: chacun trouvera de quoi manger, tout ce qui existe est uniquement à partager. Nous cesserons de faire des "valeurs", des falsifications en "valeurs" boursières. Voleurs que nous serions alors, infames profaneurs de la gratuite Création dont nous ne sommes pas propriétaires. Pour cela, tout Juif, également a droit à monter à la Torah, pas plus ni moins qu'il soit né riche ou pauvre. Chacun est venu de rien et partira sans rien des fausses richesses.
Impossible de ne pas partager, de même que le Créateur a partagé avec nous.
La force qui nous est demandée d'habiter dans le premier chapitre du Séfér Yehoshua n'est pas une petite force musculaire ou financière ou intellectuelle, c'est la force suprême donnée sans limite à nous par l'Eternel, Hachém.


22. Je comprends maintenant qu'il est interdit d'étudier la Torah sans la retransmettre. Nous ne sommes pas des coffres-forts, nous devons être chacun la manifestation de la vie resplendissante dans la Torah et dans l'univers et dans notre être. Et nous, les Juifs, nous avons l'ordre de vivre cela sur la terre d'Israël.
Comment pourrions-nous fermer nos yeux et nos coeurs et nos oreilles: Chémâ Israel!
Nous devons chanter ainsi dans tout notre être, depuis nos pieds (réguél), dans les sentiments du ventre et du coeur, et dans l'action des bras, et dans l'étage de la bouche et de la tête et de nos antennes comme il est dit dans le psaume 84:
"libi ou véssari yéranénou el El 'haï, mon coeur et ma chair se réjouirons vers D.ieu".

Et le peuple d'Israël a tout pour le vivre en force et en courage.
Nous l'avons dit et chanté en 22 pas comme les 22 lettres de l'alphabet hébreu, lettres de la Création constante
.

Maintenant, nous pouvons aller au commentaire du texte du Livre de Yehoshua, car notre intériorité est mobilisée et concernée. Suite sur ce lien.-ci.

 

 

--